Les Trois Royaumes

Incarnez un personnage durant l'époque des Trois Royaumes de Chine.Quelle voie choisirez vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )

Aller en bas 
AuteurMessage
Sima Yi

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 23
Localisation : Chang An

MessageSujet: Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )   Sam 26 Fév - 14:58


    Nom: Pang
    Prénom: Tong
    Surnom(Facultatif): le Jeune Phénix
    Sexe: Masculin
    Âge: 20 ans ( je pense )
    Clan: Shu

    Description Physique (5 lignes minimum): Pang Tong est assez petit, déjà par sa taille, mais aussi par le fait qu'il a le dos voûte ! Il n'as jamais d'armure lors de combat, uniquement une sorte de robe verte. En dehors des combats, il a une robe verte similaire. Ses cheveux sont plus ou moins longs, et il a une sorte de chapeau vert également. Ses yeux sont vers aussi, comme la couleur des émeraudes. ( tu me fera grâce des deux dernières lignes restantes Guan ? :) )

    Description Mentale (5 lignes minimum): Pang Tong était très réputé car il est très intelligent, comparable à Zhuge Liang. Il était l'un des deux stratèges principaux de Lui Bei. Il est mort très vite, lors de la prise de Cheng Du, pris dans une embuscade de Zhang Ren

    Histoire (10 lignes minimum):Enfance
    Pang Tong naît vers 178 à Xiangyang. Dans son enfance, en l'absence de tuteur, il apparaît peu perspicace et simplet, et seul son oncle Pang Degong soupçonne du talent chez lui. Un jour, il fait la connaissance de Sima Hui – un célèbre taoïste de l'époque connu plus tard sous le surnom de « Reflet de l'Eau » – alors que ce dernier cueillait des fruits du haut d'un mûrier. Pang Tong et Sima Hui commencent une discussion qui dure du petit matin jusqu'à la tombée de la nuit et qui convainc Sima Hui qu'il existe un véritable talent chez Pang Tong. Sima Hui décide de prendre l'éducation de Pang Tong en charge et, petit à petit, celui-ci se fait un nom dans la région. Selon les Annales de Xiangyang2, Pang Tong reçoit de son oncle le surnom de « Jeune Phœnix » et fréquente Zhuge Liang, qui était également un élève de Sima Hui. Son cousin, Pang Shanmin, épousera la sœur aînée de Zhuge Liang.
    Au service du Wu
    Pang Tong reçoit plus tard le titre de « mandarin accompli » (功曹, gōng cáo) sous les ordres de Zhou Yu et se fait une réputation de personne attentive envers le peuple et les aînés. En 210, Zhou Yu meurt et Pang Tong est dépêché pour assister aux funérailles. Il fait la rencontre de Lu Ji, Gu Shao et Quan Cong avec lesquels il repart vers l'ouest. Pang Tong aurait dit : « Maître Lu est tel le vieux cheval à qui il reste assez de force pour fuir et Maître Gu est tel le vieux bœuf capable de porter des charges sur de longues distances. » Quan Cong lui aurait répondu : « Votre penchant pour l'admiration de la réputation est comparable à Fan Zizhao de Runan3 : bien que l'intelligence vous manque, vous êtes parfaitement adapté pour notre époque. » Lu Ji et Gu Shao auraient ensuite dit à Pang Tong : « Si la paix devait s'installer dans l'Empire, nous devrions tous nous réunir à nouveau entre lettrés. » Pang Tong approuva.
    Les Chroniques du Wu de Zhang Bo4 narrent différemment l'anecdote. Quelqu'un aurait demandé à Pang Tong : « Maître Lu est-il compétent ? » et celui-ci aurait répondu : « Bien que le vieux cheval ait de l'énergie, il ne peut servir qu'une seule personne. Bien que le vieux bœuf puisse parcourir trois cent li en une journée (environ 150 km), il ne peut porter les charges que d'une personne. » En l'entendant dire ces mots, Gu Shao lui aurait demandé : « Vous semblez bien connaître les gens. Puis-je vous demander comment je me situe par rapport à vous ? » et Pang Tong aurait répondu : « Pour ce qui est de la culture mondaine ou d'évaluer les gens, je ne suis pas à votre niveau. Pour ce qui est de deviser des tactiques des rois et des empereurs et deviner leurs secrets, j'ai une journée d'avance sur vous. » Gu Shao fut satisfait de la réponse.
    Au service de Liu Bei
    N'ayant pas réussi à obtenir un poste de mandarin, Pang Tong rejoint Liu Bei lorsque celui-ci prend possession de la province de Jing. Liu Bei lui offre un poste d'assistant dans le district de Leiyang. Cependant, Pang Tong se montre peu doué pour la gestion du district et Liu Bei finit par le renvoyer de son poste.
    Lu Su, qui succède à Zhou Yu, écrit à Liu Bei une lettre de recommandation :
    « Pang Shiyuan (Pang Tong) n'est pas un talent que l'on peut confiner à un simple territoire de cent li (environ 50 km). Il pourrait faire un excellent dirigeant ou administrateur. »
    Zhuge Liang recommande également Pang Tong à Liu Bei. Selon les Annales externes du Yangzhi5, Liu Bei aurait convié Pang Tong à un banquet et lui aurait demandé : « Vous avez triomphé de Cao Cao avec Zhou Gongjin (Zhou Yu). Lorsque je suis arrivé seul au Wu, j'ai ouï dire que ce dernier avait secrètement donné à Zhongmou (Sun Quan) l'ordre de tenter de me retenir sur place. Est-ce vrai ? Maintenant que me voilà votre suzerain, vous n'avez pas à garder le secret à ce sujet. » Pang Tong aurait répondu : « C'est vrai. » Liu Bei aurait soupiré et dit : « À l'époque, seul et pressé par la situation, je n'avais d'autre choix que de partir. Dire que j'ai failli tomber dans les mains de Zhou Yu ! Les sages de l'Empire partagent la même sagesse et les mêmes ruses : Kongming (Zhuge Liang) m'avait mis en garde contre le danger de partir seul, et moi je croyais que Zhongmou avait besoin de mon aide pour protéger le nord et je ne soupçonnais nulle malice. Ma sincérité se montre dangereuse et je ne devrai pas recourir à un tel plan à l'avenir. »
    Liu Bei décide de nommer Pang Tong « général en charge des nobles de la maisonnée maîtres de l'armée » (軍師中郎將, jūn shī zhōng láng jiāng), le même poste que Zhuge Liang. Pang Tong partage avec ce dernier les responsabilités administratives et stratégiques de l'armée.
    Conquête du Shu
    En 211, Cao Cao se préparer à attaquer Hanzhong, une ville tampon entre le Shu (également appelée province de Yi, correspondant aujourd'hui au Sichuan) et le Wei d'importance stratégique dirigée alors par le protecteur impérial de la province de Yi, Liu Zhang. Zhang Song, un officier de Liu Zhang, lui recommande d'inviter Liu Bei dans sa province pour que celui-ci lui prête assistance. Liu Zhang accepte, et malgré l'opposition de plusieurs de ces généraux, dépêche Fa Zheng avec une escorte de quatre mille soldats auprès de Liu Bei. Fa Zheng décide de profiter de cette occasion pour abandonner Liu Zhang et se rattacher au service de Liu Bei. Il propose donc à Liu Bei de renverser Liu Zhang pour prendre possession du Yi. Liu Bei demande conseil à Pang Tong. Selon les Annales des neuf provinces6, Pang Tong lui conseille de profiter de cette opportunité : « À cause de la guerre, le Jing est devenu incultivable et ses habitants sont à bout. À l'est se tient le Wu dirigé par les Sun, au nord se tient le clan Cao. Y fonder le troisième pied du trépied sera difficile. En revanche, le Yi est prospère et ses habitants, durs à la tâche, atteignent le million. Nous pouvons certainement faire bon usage de leur armée et il est inutile de s'inquiéter de devoir y importer des produits. D'une position aussi avantageuse, nous pourrons accomplir de grandes choses. » Liu Bei aurait répondu : « Cao Cao et moi sommes comme l'eau et le feu. Cao est impatient, je suis calme. Cao est cruel, je suis généreux. Cao est sournois, je suis honnête. En toutes choses, je suis l'opposé de Cao et notre entreprise pourrait réussir. Mais si en me contentant d'un avantage minime je perds la confiance de l'Empire, je préférerais m'en abstenir. » Mais Pang Tong insista : « Il faut savoir se plier aux exigences du moment. En prenant le Yi, vous unirez les faibles pour attaquerez les mauvais. En outre, ce dont on prend possession par la rébellion peut être conservé par l'obéissance, ce n'est que justice. Une fois l'affaire fixée, nous aurons enfin instauré un pouvoir dominant. En quoi est-ce trahir la confiance de l'Empire ? Si nous ne prenons pas le Yi maintenant, quelqu'un d'autre tirera profit de la situation. » Liu Bei accepta la proposition de Pang Tong.
    Pang Tong part avec Liu Bei à la conquête du Shu, tandis que Zhuge Liang reste à garder la province de Jing. Sur les rives de la rivière Fu, Liu Bei fait la rencontre de Liu Zhang. Pang Tong est de l'avis de tendre un piège à Liu Zhang : « Profitions de cette rencontre pour le capturer. Nous pouvons prendre possession du Yi sans même utiliser un seul soldat. » mais Liu Bei s'oppose à ce plan : « Nous venons à peine d'arriver dans son pays et il m'a pas encore manifesté ses intentions. Nous ne pouvons agir de la sorte. » Liu Zhang repart pour Chengdu et Liu Bei décide de faire mine de l'assister dans sa lutte contre Cao Cao.
    Pang Tong propose alors à Liu Bei trois tactiques :
    attaquer Chengdu par surprise et prendre possession de la province en comptant sur le manque de réactivité de Liu Zhang (« Nous pourrions envoyer nos meilleurs soldats pour faire une attaque surprise sur Chengdu. Liu Zhang n'est pas un homme de terrain, et se soumettra certainement devant une si grande armée. Ceci est la meilleure tactique. ») ;
    éliminer Yang Huai et Gao Pei, deux généraux de Liu Zhang qui se sont montrés les moins favorables à la présence de Liu Bei dans le Yi. Ce faisant, Liu Bei éliminerait le cœur de l'opposition et pourrait ensuite attaquer Chengdu (« Les armées de Yang Huai et Gao Pei, les deux meilleurs généraux de Liu Zhang, gardent le col (de Baishui). J'ai entendu dire que ces deux généraux écrivent sans cesse des lettres à Liu Zhang demandant de vous renvoyer dans le Jing. Si vous leur faites croire que le Jing est en danger et que vous devez y retourner, heureux de votre départ, ils ne manqueront pas de venir à votre rencontre pour vous escorter jusqu'à la frontière. Vous pourrez alors les capturer et attaquer Chengdu. Ceci est mon second plan. ») ;
    se retirer un moment pour renforcer ses troupes avec les soldats restés au Jing, puis revenir pour conquérir le Yi (« Enfin, vous pouvez rentrer à Baidi pour vous renforcer avec les troupes du Jing et revenir pour attaquer le Yi. Ceci est la pire des tactiques. Il faut vous décider vite, nous ne pouvons pas demeurer ici plus longtemps. »)
    Liu Bei se décida pour le second plan de Pang Tong et captura et exécuta Yang Huai et Gao Pei avant de se tourner vers Chengdu. Cependant, lors d'un rassemblement sur les rives du Fu, Liu Bei, ivre, se dispute avec Pang Tong : Liu Bei dit à Pang Tong : « Les festivités d'aujourd'hui sont bien joyeuses. » mais Pang Tong reproche à Liu Bei son comportement : « Attaquer le pays de quelqu'un et annoncer qu'on est joyeux n'est pas digne d'un homme vertueux. » Liu Bei, soûl, prend la mouche : « Lorsque le roi Wu7 attaqua Zhou, il fêta sa victoire par le chant et la danse. Il n'était donc pas vertueux ? Vos paroles ne sont pas convenables. Veuillez partir sur le champ. » Pang Tong, sans un mot, se lève et part. Liu Bei regrette plus tard ses paroles et convie Pang Tong à un repas. Celui-ci s'y rend et mange et boit comme si rien ne s'était passé. Liu Bei lui demande : « Concernant notre dernière discussion, qui était en tort ? » Pang Tong répond : « À la fois le seigneur et le ministre étaient dans l'erreur. » Liu Bei rit aux éclat et continue de prendre joyeusement son repas8.
    La fin du Jeune Phœnix
    Liu Bei, dans sa conquête du Yi, assiège le district de Luo tenu par Liu Zhang. Alors que Pang Tong dirige ses troupes dans un assaut, il est tué d'une flèche errante à l'âge de trente-six ans. Selon les chroniques historiques, Liu Bei le regrette et le pleure abondamment. Zhuge Liang se rend sur place lors des funérailles pour présenter ses respects et diriger le sacrifice.
    Plus tard, Pang Tong est anobli à titre posthume et reçoit le titre de marquis de Guannei (關內侯, guān nèi hóu) puis en septembre 260, reçoit le titre de marquis de Zhuangmou (壯繆侯, zhuàng móu hóu).
    Le fils de Pang Tong, Pang Hong, deviendra gouverneur de Fu. En revanche, le frère de Pang Tong, Pang Lin, se soumettra à Cao Pi dont il recevra un titre de marquis, ainsi que le protectorat de Julu.
    Arme: La baton magique, c'est possible ?

    Code (Dans le règlement): Comme mon clavier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )   Sam 26 Fév - 18:24

Et ben,tu ne lèsine pas sur l'histoire ^^ Fiche validée!
Bon RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Sima Yi

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 23
Localisation : Chang An

MessageSujet: Re: Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )   Sam 26 Fév - 18:25

Michi monsieur ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pang Tong, le Jeune Phénix ( a finir )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mystique, jeune jument indienne... (a finir)
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Technique du Jeune Jack
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Royaumes :: Hors-RP :: Archives-
Sauter vers: