Les Trois Royaumes

Incarnez un personnage durant l'époque des Trois Royaumes de Chine.Quelle voie choisirez vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le traître

Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ



Messages : 13
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Le traître   Sam 26 Fév - 23:24

C'était par une belle matinée que Luo Yang s'éveillait en douceur.Déjà, dans les rues, les premiers commerçants rejoignaient leurs boutiques en traînant le pas.A l'extérieur, les paysans étaient déjà debout, travaillant la terre depuis l'aube.
Dans le palais de l'Empereur, l'agitation régnait à son comble, comme à chaque conseil : des envoyés des trois grands royaumes allaient arriver dans le palais.Il fallait donc que le palais soit irréprochable.
He Jin, en tant que Général en Chef de l'armée impériale, se devait de recevoir chaque mois les envoyés des Trois royaumes.Cette tâche était indispensable au maintien de la paix provisoire du pays.He Jin prenait donc son boulot très à coeur.
Il fit quérir par un de ses serviteurs ses vêtements de plus haute couture.Se préparant déjà son discours dans la tête, il s'habilla pensivement.

Pendant ce temps, dans la salle de réunion, les serviteurs amenaient une table ronde, avec suffisamment de chaises pour accueillir He Jin, ses conseillers , ainsi que les trois invités.C'était un rituel qui se répétait chaque mois.Ensuite, ils apportèrent des outres pleines d'un vin léger.Le but du conseil n'était pas de se saouler, mais de prendre des décisions.

Deux heures plus tard, He Jin descendit à l'étage de la salle de réunion et prit place sur une chaise.Ses conseillers,d'éminents nobles de l'empereur, prirent aussi place autour de la table.
Il ne manquait donc que les envoyés des Trois Royaumes.

A l'extérieur du palais, des serviteurs attendaient déjà les envoyés devant l'entrée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 27 Fév - 0:08

Alors que cela ne fait que une petite semaine que Sun Ce à repris en main le Wu qui appartenait à son père, tombait dans une grave maladie, Bôfu devait déja organisé le Conseil des Trois Royaumes...
Etant donné la situation, Le Petit Prince Hégémon décida d'aller en personne à se Conseil pour se présenter aux Han.
S'habillant en sa tenue prête pour toutes les affaires politiques, il ne décida de prendre que quelques Hallebardiers à Chevals, Huang Gai pour le protéger lors de son chemin.
Se rendant compte qu'il aurait surement besoin d'un conseiller il convoqua Zhu Zhi et le prit avec lui, laissant Zhou Yu et Sun Jing au pouvoir.
A marche forcé j'arriva un peu en retard.... Voyant la grande forteresse de Luo Yang je ne put que m'arrêter et regarder, voyant les paysans, les commercants, comme ça me donnait une ambition.
Mais pour le moment nous devons nous rendre au château.
Avec mon grand drapeau rouge avec le caractére Wu écrit dessus, accroché à mon cheval je put tranquillement entrer.
Je me perdit rapidement dans ce grand château, et ridiculement je tombit sur un des officiers civils de l'Empereur : Ma Yuan Yi :


" Hum, Jeune Homme ? Où allait vous comme cela ? "
Je le salua et dit :
" Messire, je me rends au Conseil des Trois Royaumes, mon nom est Sun Ce, Prince de HuiJi, et Souverain provisoire du Wu ! "
" Oh, je vois le Conseil se trouve à l'étage du dessus, un garde vous attend "
" Bien "
Je parti en le remerciant, puis le saluant.

Plusieurs gardes m'attendait et commencérent à me fouiller mais Huang Gai s'y opossa et resta ici pour garde mes gardes du corps, je ne prit que Zhu Zhi avec moi.
En entrant je me rendut compte que je n'était pas en retard, en fait He Jin s'asseyait.
Il m'accueilla en me demandant quel était mon nom et quel royaume je représentait...


Je m'agenouilla :
" Mon nom de famille est Sun et mon nom commun Ce on me surnomme aussi Bôfu, j'ai était nommé Prince de HuiJi à l'age de 15ans, mon père étant malade j'ai pris la main provisoirement à la tête de l'Empire Wu et je suis venu ici me présenter "
Me relevant je m'asseya à l'autre bout de la table, Zhu Zhi à ma droit prés de moi pour me chuchoter ses conseils à l'oreille.


_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 27 Fév - 12:21

La grande ville de Luo Yang impressionnait fortement Guan Xing, qui découvrait l'immense capitale du pays.Ce jeune guerrier, fils du grand général Guan Yu, venaît tout juste d'entrer dans le cercle des officiers du Shu.Et déjà, on lui confiait une mission d'une grande importance : se rendre au Conseil des Trois Royaumes pour représenter le Shu.
Certes, il n'était pas un politicien, mais quand Guan Yu le présenta à Liu Bei, le Seigneur du Shu, ce dernier l'envoya au conseil, le pensant capable de représenter le Shu à sa place.C'était un grand honneur.
Il n'était pas partis seul.Ma Liang, un homme plus âgé que lui, l’accompagnait, en temps que conseiller.C'était lui même qui s'était proposé, car il avait déjà conseillé Guan Yu auparavant.Une trentaine de cavalier les escortait.

Ma Liang eu un sourire en voyant Guan Xing émerveillé devant l'entrée de la ville.


"Impressionnant, n'est ce pas?"
"Oui..."

Ils passèrent l'entrée assez facilement, surtout grâce à la couleur verte qui prédominait dans la troupe.Ils traversérent ainsi la ville, et ne s'arrétérent que devant le palais.Il y avait déjà un autre groupe, de couleur rouge.

*Le Wu est déjà arrivé, nous sommes en retard*
"Restez ici, cavaliers"

Les Cavaliers se rassemblèrent dans un coin de la cour.Pendant ce temps, Guan Xing et Ma Liang mettaient pied à terre.Les serviteurs s'approchérent d'eux.

"Vous êtes les envoyés du Royaume de Shu?"fit l'un d'eux, le plus agé.
"C'est exact, je suis Guan Xing, et voici Ma Liang"

Le serviteur jeta un oeil sur une liste qu'il avait en main, puis hocha de la tête

"Maître He vous attend dans la salle de réunion, premier étage"
"Merci"

Guan Xing entra donc le palais, Ma Liang sur ses pas.Il empruntèrent un grand escalier de marbre, sous l'oeil méfiant des gardes.
Une fois devant ce qui devait être la porte de la salle de réunion, un garde le déposséda de ses armes, ainsi que celle de Ma Liang.
Puis on le fit entrer.

Dans cette grande salle richement décorée, plusieurs personnes avait déjà pris place dans la salle.He Jin, le général en chef de l'armée impérial, était déjà présent.Ses conseillers, de parfaits inconnus pour Guan Xing, était assis à ses cotés.L'envoyé du Wu était déjà présent.Pour l'avoir déjà vu de loin, il savait que c'était Sun Ce.


Il partis se présenter à He Jin, qui le fixait depuis son arrivée.
Il s'agenouilla :


"Je me nomme Guan Xing, je suis l'envoyé du Shu pour le conseil.Voici Ma Liang" ce dernier s’agenouilla aussi

He Jin hocha la tête, comme pour leur dire qu'ils pouvaient s'asseoir.
Ma Liang prit place à gauche de Sun Ce.Guan Xing se mit à la droite de Ma Liang, afin qu'il puisse le conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 27 Fév - 22:54

Spoiler:
 
____________________

L'un avait déjà une bonne maîtrise de l'art de l'épée, mais l'exercice de la matière grise, était la chose qu'il voulut le mieux entretenir avant toute discussion qui se devait importante et courtoise. L'autre n'avait que rôle de garde du corps - et pour ce faire, une endurance et une force indéniables lui étaient sollicitées, pour assurer une protection irréprochable à celui qu'il devait servir. C'étaient ceux qui étaient voulus pour aujourd'hui. Cao Cao et Dian Wei. Voilà les deux seules protagonistes du Wei, et non des moindres, qui rejoignaient, chaque mois, la conférence à Luo Yang.


Et pourtant, on comptera une tête de plus à la table ronde, aujourd'hui.

Cette tête enfantine, qui accompagnait les mètres plus grands que lui, dans les allées de la ville impériale, c'était la mienne.
J'avais su intercepté la cavalerie de mon père, qui s'apprêtait à partir fulgureusement vers le loin central du pays sans moi - comme il l'avait toujours été. Cependant, d'une impulsion qui avait toujours été réprimée, je ne pouvais pas plus par le silence étouffée cette envie. De voir ce qu'il se tramait en une si belle ville de richesse ? D'entendre ce qui pouvait maintenir la paix en cet apparent grand pays ? De me fasciner à l'éloquence et à l'austérité de mon père ? De voir à ce que pourraient ressembler ces fameux membres du Wu et du Shu ? Savoir, je voulais savoir.

Je gravissais sans mal ces hautes marches qui menaient au premier étage, et on nous fit portes ouvertes sur la table massive, et ces gens demandés déjà agglutinés tout autour.

Mon père avisait son fin regard vers He Jin, avec quoi il ajoutait une brève salutation vu qu'il lui était futile de se présenter à lui, vu le nombre de leurs rencontres. Pensée qui était confirmée avec la réponse en hochement de tête. Ce fût pareil pour oncle Wei.
Ce n'est pas par lassitude de personnalités que son visage adoptait une expression contrariée, au contraire une sérénité passait en son aura à chacune des génuflexions. Une interrogation lui était apparue, et s'était implantée dans son esprit, en plus des briefings de soucis dont il devait discuté aujourd'hui.

Son problème le plus présent et le plus récent, dont il n'exprima que par un "Hum...", c'était moi.
Une présentation était naturellement demandée. Tout titulaire s'en chargerait, mais papa savait bien que je pouvais m'en occuper, et que ce je dirais donnerait réponse à ce soulagement de traits faciaux qui pinçaient ce subordonné de l'empereur Ling.
[/font]

[Cao Chong] "Maître He, il est pour vous, le meilleur des jours. Je me prénomme Chong, et suis le troisième fils du représentant ci-présent, Cao Cao. Puis-je assister ? Que l'un des envoyés nous formule ne serait-ce que l'une de mes fautes faites en ce lieu, et je vous promets que je ne l'y souillerais plus."

Des mots cherchés d'une aussi petite tête que la mienne, ainsi, et surtout sans nuls doutes, un accord conciliant de mon père, suffirent à ce que He Jin m'adressent également son inclinaison de menton crochu, nettement plus désaxée que pour les autres fois. Nous nous installions enfin à table, occupant les places restantes, plus une à mon attention. Le milieu pour mon père, sa droite pour sa garde, et moi donc à la gauche. Symboliquement, j'espérais pouvoir vraiment l'épauler.

La réunion pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 28 Fév - 16:22

Voyant l'enfant, je ris puis dit :

" Messire, je ne pense pas qu'un enfant devrait avoir le droit de rester ici... Enfin revenons au Conseil ! "

* Mieux vaut d'abord écraser les Shanyue avant de s'en prendre au Wei... Calmons le jeu*

Zhu Zhi me chuchota quelque chose puis je dit :

" Je doit pacifier les Terres du Wu ! Les Barbares du sud : les Shanyue dirigé par Yan Bai Hu sont mes seuls remparts, je demande l'autorisation impériale pour partir en campagne ! "

He Jin, réfléchissant, dit ne pas pouvoir en dire plus et qu'il en discutera avec son Altesse Impériale.

Pris de rage j'allait m'énerver mais Zhu Zhi le voyant m'attapris le bras puis me dit :
" Monseigneur, je sais que vous révez de revenir au Wu avec l'édit impérial vous autorisant de prendre le territoire Wu des Shanyue, mais vous venez d'arriver au pouvoir et les Han vous connaissent à peine, faites vous donc discret ! "

Me calmant j'ajouta :

" Bien, je demande dans ce cas l'autorisation de déplacer la capitale à Jian Ye, qui à bien plus de ressources que Chang Sha. "

He Jin accepta donnant la parole à ...

_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 28 Fév - 17:02

Quand Guan Xing vit arriver Cao Cao, il ne put s'empêcher d'être admiratif.Il en avait déjà entendu parler, mais le voir pour de vrai était quelque chose. Bizarrement, il avait emmené avec lui un petit enfant, de cinq ou six ans maximum. Très sûrement un de ses fils.
Ceci se confirma quand il se présenta.Malgré son jeune âge, il faisait preuve d'une maturité déroutante.
He Jin leur fit signe de s'asseoir, et bientôt la réunion pouvait commencer.


Sun ce prit la parole en premier, se moquant ouvertement de la présence de l'enfant.Guan Xing fronça les sourcils.Ils n'étaient pas ici pour se taquiner comme des enfants! De plus , il avait fait preuve d'assez de maturité pour assister au conseil.Du moins, selon l'avis de Guan Xing.Sun ce présenta ses problèmes avec les Barbares Shanyue, et demanda l'autorisation impériale pour partir en campagne.

He Jin se débarrassa de la question et Sun Ce dût se rabattre sur un changement de capitale.He Jin accepta, puis décida de donner la parole à Guan Xing, en le fixant.He Jin l'analysait de ses yeux.Guan Xing savait qu'il n'avait pas à se tromper sur ses paroles.Sa réputation était mise en jeu.

Ma Liang lui chuchota quelques mots à l'oreille, puis Guan Xing prit la parole:

"Messire, le Shu se porte actuellement bien, mais les Barbares Nammans se montre de plus en plus hostiles à notre présence.La tribu Quiang est sur le chemin de la guerre et nous craignons une invasion proche.Nous allons être pris sur deux fronts si nous ne réagissons pas.Nous demandons un édit impérial afin de lancer une campagne contre les Quiang, afin de sécuriser une des frontières"

"Je comprend votre situation.Je ferais part de votre demande à l'Empereur"

Guan Xing cacha sa déception, même s'il se doutait un peu de cette réponse.Sun Ce n'avait pas eu l'édit, alors pourquoi lui?
Il n'y avait plus qu'a espérer que l'Empereur prenne rapidement une décision.


Comprenant que le Shu n’avait plus de demande à formuler, He Jin donna la parole à Cao Cao.



Dernière édition par Guan Xing le Lun 28 Fév - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 28 Fév - 22:09

Étude des sujets enclenchée. L'un des conviés avait vite fait d'entonné un rire et une remarque sagace à l'encontre de l'enfant que j'étais. Ou que cette enveloppe charnelle laissait plutôt paraître ? Non, il n'avait pas tort. Avoir aussi vite élevée la voix pour exprimer ce genre de pensée légère, cet homme à la barbichette proéminente vêtu de rouge, me rappelait qui j'étais moi-même. Oui, un enfant d'esprit, comme lui. La différence, entre cet envoyé, certainement de la famille Sun au vu de l'insigne qu'il portait au couvre-chef, et moi-même, était peut-être la Convenance. Il y ait des choses qui peuvent êtres tues. Ou passées autrement. Ayant déjà eu vent du portait que l'on ferait de cette famille gouvernante à Chang Sha, je ne fus pas étonné que mon père resta indifférent face à la petite bourrade. Il les connaissait bien. Seul oncle Wei réprima une inspiration, de souffle brusque, mais peu perturbant.


Étalages des situations de chaque nation se firent alors, le Wu ayant ouvert par la brèche le bal. Il avait un bon tempérament, ce jeune homme-là. Demander tout aussi vite une autorisation impériale d'entrer en "conflit officiel", ce n'était pas si mal. Mais il est couru d'avance qu'il ne l'aurait pas eu, ce qui fut évidemment le cas.

[Cao Chong] "Courir après de l'amusement, dans la cour des Grands. Ce serait presque ça.", laissai-je filer à voix peu audible, à l'attention de mon père. Et toujours dans cette mi-teinte : "Les Sun peuvent s'annoncer bons meneurs de jeu, si les guerres en était un moins fourbe. L'engouement ne suffit pas."Le maître des lieux acceptait par contre sa requête de déplacement de capitale.

Ensuite, se fût au tour des Shu, de nous transmettre à tous l'état de l'armée de Cheng Du et de ses alentours. D'oral humble et appréciable pour sa clarté, leur discours m'inscrivait mieux. Il aurait été possible de plus approfondir leur requête, tant les discussions auraient pu se faire, avec ce genre d'individu. Et pourtant d'essence jeune, lui aussi.
Comment se nommait-il, cet émissaire du Shu ? Non, je ne pouvais pas questionner. Plus tard.
Je laissai encore couler des mots peu perceptibles d'où ils étaient tous, calibrant à ce que les mouvements de mes lèvres soient les moins visibles possibles.
[Cao Chong] "C'est peu vu, mais je veux m'y prononcer. Une idée première : si de grandes batailles devaient venir, cette armée, celle des Shu, nous ferait d'excellents alliés. Comme à tout autre, il en va de soi. Uniquement si elle croît. Sans omettre, dans le cas échéant, de redoutables adversaires."

La chaise à ma droite eut un faible mouvement.
Tu attends cela, n'est-ce pas, papa ?


________________

L'intendant des clans (si l'on pouvait en compter plusieurs) dont je faisais parti s'érigea alors au-dessus de tout convive de la salle, lorsqu'il lui fut invité à prendre la parole.
Non pas qu'il était grand, ni plus large des muscles que monsieur Dian, mais il dégageait, réellement, une aura imposante. Son regard sombre et profond fit la ronde des personnes présentes, afin de saisir et dérober toute leur attention, le temps de son bref exposé.


[Cao Cao] "Nulle menace ne guette mes provinces. Mes rapports dénotent, toutefois, d'une légère croissance démographique, dans le sud de mes terres. Vous écouter ont apporté des explications. Les indésirables Shanyue et Quiang ont fait fuir vos hommes ? Si les affaires de l'empereur nous le permettent, main forte pourrait vous être... Alliés du Han. Une aide pourrait vous être léguer."
Ses cordes vocales étaient nettes, et devaient elles aussi respirées, afin d'être utilisées à une puissance oratoire, presqu'à fin d'atmosphère dominant.

"Juge est notre empereur. Les problèmes majeurs du pays devront, en tout premier lieu pour les Wei, être résolues. Ensuite, nos forces vous feront prêt de quelques troupes. "
Sa prose pouvait encore s'étendre sur ce sujet-là, mais il voulut faire dans le court, et signaler des activités que ses surveillants avaient peine à décrire, mais dont leur seigneur interpréta comme suit:
"Une défaveur ne sera placer qu'en un endroit. Des groupes d'individus se fondent, à bas membres mais de manière fréquente, au nord-ouest de la ville de Jin Cheng. Il est possible qu'ils en viennent de par Wuhuan.Nous surveillons cette frontière. "

Cao Cao déplaça son bras droit horizontalement, marquant la fin de sa prise de contact. L'air se détendait.
[Cao Cao] "Messire."



Les briefings simples étaient faits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ



Messages : 13
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mar 1 Mar - 17:37

Les envoyés se présentèrent un par un.Tout d'abord, Sun Ce, représentant le Wu.He Jin savait que son pére, le Seigneur Sun Jian, était gravement malade, alité à Jian Ye.Ensuite, un jeune homme, nommé Guan Xing, se présenta comme l'envoyé du Shu.Le Seigneur Liu Bei manquait rarement ce conseil.Il devait être occupé ailleurs.Enfin, Cao Cao arriva.He Jin lui indiqua directement qu'il pouvait s'asseoir.Ils se connaissaient depuis longtemps.
Par contre, un enfant de très jeune âge, accompagnant Cao Cao, se présenta à lui.Trés mature, l'enfant en question était Cao Chong, troisième fils de Cao Cao.He Jin était impressionné, même s'il le cachait, par son petit discours de présentation.Il n'y avait aucun doute sur l'identité du père!

He Jin écouta avec attention chacun des envoyés.

Tout d'abord, le Wu. Sun Ce glissa une remarque mesquine sur la présence du fils de Cao Cao, attestant qu'un enfant ne devrait pas assister au conseil.Ne souhaitant pas entrer dans son jeu, il ne sourcilla même pas à sa remarque et écouta plutôt sa demande.Elle était directe et audacieuse, il faut l'admettre: Il demandait l'édit impérial sans détour pour partir en campagne contre la Tribu Shanyue.Cette tribu était gênante, certes, mais ce n'était pas He Jin qui décidait de la levée de l'armée impériale.
Il lui répondit donc qu'il en parlerais à l'Empereur Ling, sans montrer aucune émotion.Sun Ce sembla s'énerver mais son conseiller le retint avant qu'il ne dise quelque chose qu'il regretterait.Sun Ce est encore jeune , pensa He Jin, il se calmera en prenant de l'âge.Enfin, il fallait espérer.
Il demanda ensuite un changement de capitale.Il souhaitait passer de Chang Sha à Jian Ye.Un choix très judicieux, sur le plan économique.Il accepta donc cette demande.

Il donna ensuite la parole à l'envoyé du Shu , Guan Xing.He Jin devina qu'il devait appartenir à la famille du général Guan Yu, qui était déjà venu ici avec Liu Bei.Sûrement son fils, vu l'âge.
Guan Xing informa He Jin de la montée en puissance inquiétante de la Tribu Quiang et de celle des Nammans.Il demanda donc à son tour l'édit impérial pour sécuriser une des frontières du Shu.Cette demande était parfaitement logique, mais là encore, c'est à l'Empereur de trancher.Comparé à celui de Sun Ce, son discours était plus calme,plus détaillé.
He Jin lui répondit qu'il en ferais part à l'Empereur.

Enfin, il donna la parole à un habitué du conseil, le seul dirigeant présent: Cao Cao.
Ce dernier prit la parole et l'informa que le Wei n'avait aucun problème particulier, mis à part un accroissement démographique au sud, très certainement dût aux tensions du Shu et du Wu avec les tribus locales.
Il proposa son aide future aux deux envoyés, puis fit part d'infiltration dans son territoire, au niveau de la frontière avec les WuHuan.
Son discours était magnifiquement bien formulé.On avait ici la jeunesse fougueuse de Sun Ce et Guan Xing, et la sagesse expérimenté de Cao Cao.Un véritable dégradé, en quelque sorte.

He Jin était intrigué par le fils de Cao Cao.Ce dernier écoutait toute les demandes avec une attention remarquable pour son âge.On auraît même dit qui les analysait! En tout cas, il semblait parler à voix très basse.

Le silence se fit.On entendait seulement les conseillers de He Jin prendre note des demandes.
Quand la derniére plume fut posée, He Jin rompa le silence.


"Merci à vous tous d'être venus et de m'avoir exposé l'état de vos royaumes.Concernant vos problèmes avec les tribus Quiang et Shanyue, j'en ferais part dés la fin de ce conseil à l'Empereur.Il était à prévoir que nous aurions des problèmes avec eux tôt ou tard.Je vais maintenant vous faire part de nos dernières nouvelles"

Il tendit la main vers un de ses conseillers qui lui remit immédiatement une feuille.He Jin la posa devant lui et reprit la parole

"Il semblerait que Yuan Shao soit en conflit avec Gongsun Zan.Il à demandé l'aide des WuHuans, et nous..."

Il fut interrompus dans son constat par des coups rapides à la porte.Deux secondes après, la porte s'ouvrit et un officier de l'empereur entra dans la salle.Il se rua immédiatement vers He Jin , des papiers à la main.En même temps que He Jin, plutôt surpris par cette entrée, prenaît et lisait les papiers, l'officier lui glissa plusieurs mots à l'oreille.

Les envoyés et les conseillers virent immédiatement que He Jin sembla soudainement furieux.Il plaqua furieusement les papiers sur la table, qui ressemblaient à des lettres.


"Le traître!" dit'il pour lui même.

Il se tourna vers l'officier

"Faîtes bloquer les issues.Prévenez les gardes, il faut le retrouver au plus vite"
"A vos ordres, Général"

L'officier partit aussi vite qu'il était venu.He Jin se tourna vers ses invités et parla précipitament

"Je suis désolé, mais je dois interrompre le Conseil.Un de mes officiers, Ma Yuan Yi, complote: il fait partit d'un mouvement de révolte anti-Han, qui, si j'en crois ses lettres, confirme la présence d'un grand rassemblement à Xi Liang.Je dois le retrouver avant qu'il ne s'échappe.Faîtes comme bon vous semble, mais si vous nous aidez, je vous serais grandement reconnaissant"

He Jin demanda au garde à l'entrée de rendre leurs armes à leur propriétaires.
Le conseil était finis.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Mar 1 Mar - 20:38

Furieux Sun Ce dit :

" Meu Ma MA YUAN YI ?!? Messire, je suis un servant des Han ! Je combattrai de ma vie pour défendre la capitale, je m'en vais de ce pas rattraper ce traitre ! "

* Hum, ils devraient peut-être y avoir certains des traitres qui s'approchent ! Mieux vaut rester sur ces gardes*

" Zhu Zhi, je vais avec Huang Gai capturer ce traitre ! Je veux que vous vous préparez à vous en servir pour convaincre He Jin pour un soutien Impérial lors de notre futur campagne "
Lui dit-je à l'oreille.

En courant, je sortit rapidement de la salle au coté de quelqu'un qui me suivait...


*Je ne doit pas me faire distancer, je DOIT faire mes preuves ICI !!!*

Voyant un ennemi arrivé, sans aucune protection et une arme de garde, je vit 3 hommes le suivrent... 2 non protégés, mais un avait la tenue d'un garde et armé des pieds à la tête.

Ne voyant que mes poings comme arme, je serra fort mon poing droit et attendit l'ennemi.

L'homme chargea avec son éppée en avant et tenta de me couper la tête, je baissa la tête et lui décocha un coup de poing dans le ventre, il était étouffé et j'en profita pour m'écarter et lui remettre un coup de poing dans le visage.
Le voyant tombé, je tenta de lui prendre son arme, mais un homme arriva et allait me tuer, mais Huang Gai arriva, et lui planta son sabre dans le ventre.


" C'était pas passé loin Gongfu, je ne peux pas te raconter nous devons faire vite, VOUS ( m'adressant à mes hallebardiers ) suivez nous et attaquez lorsque je vous le dirait ! "

Je ramassait l'arme du traitre et commenca à avancer pour aller plus vite, laissant les autres ennemis à l'homme me suivant...

_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mar 1 Mar - 21:10

Guan Xing apprit avec étonnement la nouvelle.Un traître parmi les Hans?
He Jin donna l'ordre au garde prés de la porte de rendre les armes.Guan Xing récupéra donc ses deux lames.
Au même moment, Sun Ce partait en courant , en ouvrant la porte, sans armes ni protection.


"Il est fou, ou quoi? Il est désarmé!Venez, Maître Ma, nous devons le rattraper!"

Guan Xing s’élança en compagnie de Ma Liang dans le couloir du premier étage.Il atteint la hauteur de Sun Ce et allait lui dire d'arrêter quand quatre types s’avancèrent vers eux.L'un d'eux était équipé d'une armure de garde et d'une lance.Les trois autres de couteaux.

Avant que Guan Xing ne pus réagir, Sun ce s’avança vers le premier et engagea le combat...à mains nues.Guan Xing allait l'aider mais un officier du Wu, du nom de Huang Gaï, le devança en transperçant un autre type d'un coup de sabre.


Ils s'en allèrent aussi vite, descendant l'escalier à toute vitesse, en compagnie de ses hallebardiers.Sun Ce était apparemment obstiné à vouloir arrêter le traître.Si bien que Guan Xing se retrouva en face de deux adversaires, dont celui qui était armé lourdement.C'était ce dernier qui s’avança en premier.

*C'est eux ou moi*

Le traître s'avança vers lui en poussant un cri de guerre, lance pointée vers le ventre de Guan Xing.Ce dernier dégaina sa première épée, la longue, et para le coup d'estoc.Il dégaina d'un geste rapide la seconde lame et tenta de l'abattre sur le bras maintenant à découvert du garde.Son adversaire lâcha la lance, comprenant qu'il était en danger, et essaya de dégainer son épée courte.Guan Xing anticipa son geste et lui envoya la crosse de l'épée gauche dans la tête, sonnant le garde.Il le fit tomber à terre en lui fauchant les deux jambes avec la partie non aiguisé de la seconde lame.Il l'assoma en le frappant avec le pommeau d'une des épées.Les Hans pourrait l'interroger aprés.

L'autre type avait disparût du champs de vision de Guan Xing.Ce dernier craignait le pire et se retourna.
Le dernier adversaire était au sol.Ma Liang venait de le transpercer d'un coup de lance, l’empêchant d'entrer dans la salle.Guan Xing désarma le garde à ses pieds et jeta les armes plus loin.


"Bon.Seigneur Sun Ce est déjà partit traquer le traître.Nous le rejoignons?" fit Ma Liang, sortant sa lance du corps de son adversaire

Guan Xing allait répondre quand il entendit d'autres personnes venir dans le couloir.Il se retourna pour voir que quatre gardes, équipés de lance et d'épées, s’approchait d'eux, l'air menaçant.

"On va protéger la salle.On est les seuls à être armés pour le moment, et il y à un enfant à l'intérieur"
"C'est une très bonne idée.Espérons que le Seigneur Sun Ce trouve le traître"

Guan Xing se mit donc en position de défense, tout comme Ma Liang.Les quatres traîtres approchaient, le choc allait être imminent.Guan Xing espérait que quelqu'un dans la salle allait les rejoindre....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mer 2 Mar - 14:59

Révolte anti-Han, rassemblement à Xi Liang. C'était donc ça.
Qui aurait pu croire que si tant de gens se dirigeaient vers le nord-ouest de Jin Cheng, qui, par-delà, est tant infertile et si peu voulue, que ç'aurait été pour s'y unir, et tous se retourner contre l'empereur ? Quelle bande d'impudents.
Ils veulent goûter, de leur sol siliceux ? Mais ils en boufferont, du sable, et ils y resteront, indéfiniment.


[Cao Cao] "Dian Wei. Prends les armes, et rejoins-les. Aucun de ces traîtres, n'a le droit de survivre."
Le sus-nommé se dirigea à grands et puissants pas vers le portier, auquel il lui arracha brutalement une grande hache qu'il s'était vu contraint de s'en débarrasser, à l'entrée de cette réunion. Le géant le fit légèrement sauter entre sa large main rugueuse pour trouver le bon maintien, et sa féroce expression faciale indiquait tout juste qu'il y en aurait besoin, d'un bon maintien, s'il voulait arracher des têtes. Seulement, il était une bête sauvage apprivoisé, et en point lieu, il se retourna vers les deux personnes qu'il devait escorter.

[Dian Wei] " ' Tiendront pas face au Taureau Fou !"
Un jet d'épée se fit dans une moyenne distance, à laquelle Cao Cao saisit d'un poignée synchronisée, sans bronché.
" Haa !! Aller! ces troufions vont rien laisser ! ", hennit-il, en voyant Guan Xing, lui aussi, se précipiter hors de la salle, suivant les traces de Sun Ce qui avait foncé au dehors dès l'alarme, tout aussi vite. Et c'était aussi à cette cadence-là, que l'homme bestial s'orienta à nouveau vers le portier, terrifié par lui et par l'événement de trahison-même, à qui il vociféra : "Un coutelas! une cimeterre! une épée! Hein! 'Avez ça à passer ?! C'est pour le petit. "

Oncle Wei ne m'avait pas omis, même en prélude de phase d'action. Et il voulait que je maniasse une arme dès aujourd'hui ?
La fébrilité me gagnait.

[Cao Chong] "Est-ce une bonne idée ?", pris-je sur un ton joueur, mais franchement incertain, en accueillant un long poignard dans mes petites mains.
Mon père me regardait faire. Peut-être attendait-il que je le soulevais et le faisait fendre l'air. Mais je n'en étais pas capable. Pas encore.

[Cao Cao] "Estime."
Ce qui était le plus juste ? Rester ici ou aller de l'avant.

Des cris belliqueux enrageaient depuis le corridor. Celui fougueux du jeune du Wu n'y tintait plus, il semblait qu'il était parti plus loin, et à en croire son tempérament, il ne serait pas de trop, de dire qu'il poursuivrait ces malfrats comme un endiablé, jusqu'à leur repaire. Au guet et aux armes, il y avait donc ces hommes du Shu.
Quand il n'y avait plus d'ennemi, il y en avait toujours encore. Je compris alors.

[Cao Chong] "Maintenant !"
Mon père et son garde du corps volèrent à l'extérieur de la salle.

Aussi aiguisées qu'étaient leurs armes d'excellente manufacture, j'entendais les sons particuliers de chair arrachée. Si ce n'était que ça.
Une force surhumaine plaquait deux masses contre le sol qui ondait sourdement jusqu'ici, posant ensuite contre leur corps un grand coup arrière d'une lourde arme. Ou alors un pied massif. Mes boyaux avaient mal. J'entendais aussi une voix familière, qui sommait, distinctement, l'abandon de toute hostilité de ces renégats. Ou sinon ? Il n'y en avait pas, de sinon.


Rester au-devant le temps que les vagues auraient cessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ



Messages : 13
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mer 2 Mar - 15:36

A peine He Jin avait t'il donné l'ordre de rendre les armes que le fougueux Sun Ce sortait de la salle de réunion.Aussitôt suivis par l'envoyé du Shu, Guan Xing, et son conseiller, qui eux, avaient pris le temps de s'armer.

He Jin vit du coin de l'oeil que Cao Cao et son garde du corps se préparaient aussi à sortir.He Jin se retourna vers une décoration murale, un bouclier et deux épées de cour croisées.Il décrocha le bouclier richement décoré et le posa sur la table, puis s'empara d'une des épées de cour.La lame était fine et magnifique, mais perforante à souhait.Il s'en équipa aussitôt et vit que Cao Cao et son colosse étaient déjà sortis, laissant l'enfant dans la salle, un poignard à la main et hésitant.He Jin entendit des bruits de lutte dans le couloir.Il ordonna vite fait au portier de rester ici, puis dégainant son épée, il sortit à son tour.

Dans le couloir, 5 personnes étaient à terre.Les traîtres avaient apparemment été vite maîtrisés par ses invités.Seul un traître était encore en vie, ayant pris peur en voyant ses collègues tomber un par un.L'envoyé du Shu le désarmait quand He Jin passa à leurs cotés.

"Laissez le en vie, je veux l'interroger.Merci à vous"

Il chercha Sun Ce du regard.Ses hallebardiers n'étaient plus ici.Il était donc partis à la recherche de Ma Yuan Yi, dans l'espoir que le retrouver lui permettrait d'avoir l'édit impérial.Il avisa un groupe de garde, ameuté par le bruit de combat.

"Regroupez vous avec les autres groupes et fouillez la ville! Faîtes fermer les portes Ouest, Est et Nord.Et prévenez la caserne, dîtes leur d'envoyer des troupes ici"

"A vos ordres!"

Le groupe de soldat descendit l'escalier du premier étage et sortit aussitôt du palais.Trois hommes prirent immédiatement des chevaux et s'en allérent vers les portes de la ville, tandis qu'un soldat se dirigeait vers la caserne de la cour du palais.
He Jin se tourna vers ses invités


"Je crains qu'il ne reste des traîtres dans le Palais.Faîtes attention à vous.Si vous le souhaitez, vous pouvez nous aider à chercher Ma Yuan Yi, en ville.Sinon, attendez nous ici"

He Jin descendit l'escalier le plus vite possible, en ordonnant aux gardes qu'il croisait de le suivre ou de sécuriser le palais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Mer 2 Mar - 15:57

Venant de ramasser la lance et le poignard des 2 hommes tué. Le Petit Conquérant partît en courant vers la ville de Luo Yang dans le chaos.

Je vit des paysans fuir sous la menace d'hommes armé de faux...
Je prit mon poignard à deux mains puis le lança vers un des paysans à faux, ce dernier ne nous ayant pas vu s'effondra, les autres enragé s'approchérent, je lança 5 de mes Hallebardiers aidé de Huang Gai les attaquer et je continua de courir.


Je vit de la fumée au loin, j'envoya un hallebardier m'informer de ce qui se passait lorsque je vit un homme tuer un vieil homme.
* Comment peuvent-ils s'en prendre à plus faible de la sorte sans aucun respect !?!*

Fou de rage je le chargea avec ma lance, mais ce dernier anticipea et recula puis me mit un coup de poignard dans le dessous de l'épaule, sonné je tomba, mais un de mes hallebardiers me sauva une fois de plus et toucha le traitre en plein coeur.

Il me releva, je lui demanda son nom :


" Haa, que qui êtes vous ? Vous m'a m'avez sauuuvez la ... vie ! "

" Messire mon nom de famille est Lü et mon prénom Meng, laissez moi pourchasser le traitre, donnez moi seulement 2 gardes pour m'aider et je reviendrai avec Ma Yuan Yi vivant ! "

Satisfait et ne pouvant que faire cela, je ne garda qu'un garde avec moi et vit l'autre garde arriver. Assit par terre, je lui demanda ce qui se passait.

Me relevant, le garde me dit que 2 gardes abuser d'une femme.
Furieux je tenta d'y aller mais avec beaucoup de mal j'envoya mes 2 gardes les attraper.
Seul je me rendit compte que je risquerai d'être en difficulté si un ennemi arriver.

Je vit 2 hommes armé de poignards me charger.

_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mer 2 Mar - 20:04

Le premier des quatres traître chargea Guan Xing, épée levée.Guan Xing recula d'un pas et le réceptionna d'un coup de pied dans le ventre, coupant le souffle de son attaquant.Prenant les devants, il asséna un coup de pied vertical dans son flanc droit.Son adversaire se pencha sur la droite, encore sonné par le premier coup de pied.Guan Xing finit par lui envoyer le coté non aiguisé de son épée gauche dans la tête, l'envoyant au sol.
Guan Xing entendit quelqu'un tomber derrière lui.Il se retourna et vit Ma Liang à la lutte avec deux traîtres.Il commençait à faiblir et Guan Xing se précipita.Avant qu'il soit à portée de frapper, le colossal garde du corps de Cao Cao surgit en courant de la salle.Il attrapa au vol les deux adversaires de Ma Liang, et les plaqua lourdement au sol.Il leva ensuite haut sa hache et l'abaissa de toute ses forces, tuant les deux traîtres sur le coup.

Le dernier adversaire tenait son épée en tremblant.Dian Wei s'approcha avec sa hache, un rictus déformant son visage.Quand Cao Cao le somma de se rendre, il lâcha son épée sur le champ.Guan Xing souffla un coup et remercia respectueusement Dian Wei et Cao Cao.Il s'approcha du félon et le priva de ses armes.

He Jin fit son apparition, et demanda aux invités de laisser le garde en vie.Il leur proposa aussi de venir les aider à capturer Ma Yuan Yi.
Guan Xing n'allait certainement pas rester là les bras croisés.De même caractère que son père,il ne supportait pas les traîtres.
Il suffit d'un échange de regard pour que Ma Liang comprenne sa décision.Il descendirent tout les deux l'escalier, à la suite de He Jin et de son groupe de soldat.


En passant les portes du palais, il découvrit la ville en pleine scène de chaos.Un groupe de personne armé s'attaquait aux gardes et aux habitants.
De plusieurs endroits se dégageait de la fumée, comme s'il en avait profité pour déclencher quelques incendies.

He Jin se dirigea avec ses troupes vers la place centrale.Guan Xing, lui, se dirigea vers ses cavaliers qui observait ce qui se déroulait en ville avec étonement.Il prit à partie le lieutenant de l'unité


"Formez deux groupes.L'un reste à cheval et sauve les personnes le maximum de personne des pillages, meurtres et autres agressions.L'autre moitié m'accompagne"

Le lieutenant forma trés vite deux groupes, et quinze soldats à pieds, armés de lances, étaient prêt à suivre Guan Xing.
Ma Liang prit la direction du second groupe.Il monta à cheval et vint voir Guan Xing.


"Soyez prudent, Maître Guan.Votre pére ne me le pardonnerez jamais s'il vous arrivez quelque chose"
"Ne vous en faites pas, Maître Ma.Je serais prudent"

Ma Liang le salua d'un hochement de tête et se mit en route avec ses cavaliers.Guan Xing, lui, rassembla ses hommes et partit au centre de l'agitation.
Il repéra un hallebardier du Wu et lui demanda ou se trouvait Sun Ce.Le soldat lui indiqua une direction, sans trop savoir ou se trouvait son seigneur.

Guan Xing se mit donc en marche.Il voulait savoir si Sun Ce avait une idée de ou se trouvait Ma Yuan Yi.Inutile de chercher à l'aveuglette.
Quelques minutes après, ils arrivèrent dans une rue ou un groupe de 6 rebelles faisait des siennes.Guan Xing envoya ses hommes dans le tas.
Se tournant pour vérifier s'il n'y en avait pas d'autre, il repéra enfin Sun Ce, à sa gauche.
Ce dernier était en mauvaise posture : Il était seul, face à deux adversaires qui le chargeait.


Guan Xing fonça pour le seconder.Il chargea un des deux adversaires sur son flanc gauche.Guan Xing faucha d'un coup puissant le rebelle, qui s'écroula aux pied de son partenaire.Ce dernier n'eu d'autre choix que de sauter pour éviter de tomber, devenant ainsi une proie facile pour Sun Ce...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Mer 2 Mar - 23:22

Pointer le bout du nez depuis deux portes battantes, afin de sentir, à plein poumon d'empressement, la délicate odeur du fer, quelle action non-exquise. C'était à s'en douter. Je l'avais toujours senti à faible dose, grâce à ces chers médecins du palais, qui m'avaient toujours vite prodigué des onguents, qui soulageaient l'épistaxis, en ni vu ni connu. Mais là, le liquide rouge ne coulait pas qu'en quelques millilitres.

Mon regard jalonnait ces larges dalles lustrées, dont les jointures se submergeaient en quelques coins de filets sanguins, sans chercher à rencontrer ceux qui en étaient les sources. On ne m'obligeait pas à les contempler, saisir cette opportunité était vite vue. Seul un ennemi semblait survivre, He Jin n'utilisant que le singulier pour "les" nommer. Il fallait collecter des informations. Le ton impératif du grand chef exigea également de fermer toutes les issues de la ville, de les amputer chacune, dans le but de dénicher les traîtres et de les faire faire passer aux feux virulents de l'inquisitoire. Il consignait aussi la recherche de ce certain Ma Yuan Yi, qui était en train de filer dans les rues de Luo Yang. C'était suite à cette annonce que tout individu encore debout sur leurs pattes arrières se propulsèrent alors sur les côtés de vive allure, empruntant les escaliers du palais impérial. Les couleurs de blason se succédaient. Mauve, vert, et je savais que très peu de temps après, ç'aurait été du bleu.


[Cao Cao] "Rentre à notre demeure.", m'adressa-t-il en reposant sa lame dans le fourreau respectif. "Je laisserais suffisamment d'hommes pour t'escorter."
J'étais au courant de ce qui se disaient sur nos remparts, et le recensement accusait véritablement la zone qui nous était boréale, et plus en profondeur, d'après les lettres lues par He Jin, le lieu de Xi Liang. Il était méthodique de cercler les raccourcis.
[Cao Chong] "Si le traître voulait vite fuir, il prendrait sûrement les portes au nord et à l'ouest. Il est possible qu'il s'évade par l'est, mais il devra de toute façon remonter. Empresse-toi d'aboutir au nord !", lui lançai-je alors que ses pas, mêlés à ceux d'oncle Wei, se conjuguaient au marbre des marches descendantes.

Je soufflai, penaud d'avoir si peu de capacité physique. J'aurais tant voulu pouvoir cavaler avec eux, bravement, l'arme au poing, et assener des coups aussi puissants, ou s'en rapprochant, que ceux endurés par ces hommes à terre. Je devrais mieux utiliser mon temps. Mon métabolisme était peut-être trop jeune, mais en rentrant, je m'exercerai à l'art du combat avec ce que je prenais comme pour mon majordome, et enseignant - mon majosaignant, Xerxes. Pour l'heure, je n'en avais pas vraiment fini avec ce théâtre de drame.

Je m'approchai du seul autre homme debout en cet instant.

[Cao Chong] "Dites, monsieur, lorsque vos renforts arriveront, s'il vous plaît, penseriez-vous à transporter et à prodiguer les premiers soins à cet homme-là ?"
Mes deux iris d'enfant osèrent arpenter les cadavres, défigurant chaque humanoïde jonché au sol. Ils repérèrent les lèvres haletantes d'un homme peu désarticulé. "C'est celui là-bas", indiquai-je en y joignant l'index.
Le portier eut un haussement de sourcils, vers lesquels ses lèvres s'affinèrent ensuite en un râle nasal.


Inutile de rester plus longtemps dans les parages. Je dévalais aussi bien que mes vêtements me le permettaient les grandes marches de pierre, forçant sur mes muscles du tibia en de sûres réceptions. Je dépassai l'entrée, et comme convenu, papa avait laissé plusieurs hommes. Je flairai même qu'ils eussent tous répondu à l'appel, si je spéculais une liste de présence. Il n'avait pas à en laisser autant !

"Vous quinze, rattrapez vite votre seigneur et portez-lui votre aide !" , cerclai-je une unisson et l'expédiai du bras, synchronisant leur sens de cavalerie.

Ensuite, fermer les portes du Wei n'était pas une idée à rejeter, vu que les renégats pouvaient s'y diriger.

"Il faut envoyer une missive à la frontière est des Wei ! Qu'elle ne laisse entrer personne jusqu'au retour de mon père. Et dans le cas où les portes seraient déjà closes, protégez-les et combattez-y les malfrats, jusqu'à leur levée. Pour plus tard, mais il faudra intercepter et punir toute acte de rébellion des hommes alliés à Ma Yuan Yi dans nos contrées", articulai-je en marchant moi-même vers cette direction. Et pendant que je pratiquais ce cheminement, on me souleva par la taille et me posa sur une selle équestre peu chaude. C'était l'étandardiste qui me cédait sa place.


Atteindre notre but requérait d'emprunter la grande allée qui menait au centre, ce qu'on fit donc. Le ménage avait déjà été fait par ici, et on pouvait, d'œil commun, y voir fulminer la rage, la tristesse, et l'incompréhension les plus poussées, durant notre progression. Quelques citoyens étaient marqués d'un soulagement, le sourire bafoué mais heureux de leur situation de survie. Je ne comprenais pas pourquoi, ni comment les nouveaux ennemis avaient pu engendrer ce genre de plans foireux, en grands vandales de vies.

J'aperçus maître He de loin, sur l'esplanade du centre-ville, au regard d'aigle. Ma troupe voulut passer outre cet endroit afin de gagner au plus vite la position que nous voulions. C'était sans compter les vives attaques sur le flanc, que les soldats exercés de mon père parèrent depuis leur destrier avec les percées et désarmements accomplis à la lance. Les épéistes au sol engageait un combat plus au corps à corps, déployant bottes et autres frappes pour déstabiliser et rendre peu mobiles les corps adverses. Trois archers visaient de loin et fusaient leurs flèches en faible quantité, de par lesquelles ils atteignaient toujours les bonnes cibles. Je me surpris alors à avoir suivi le savoir-faire de l'un d'entre eux, qui cherchait toujours à viser les torses. Malheureux ceux qui ne côtoyaient pas de près la terre déjà, son adrénaline infusait dans sa justesse.
Attaquer en plein cœur de la Chine... Il n'y avait pas d'autre réponse à cela; il fallait également pourfendre la leur, à ces antagonistes. La manière la plus littérale montrait sa définition ici.

Je me détournai et me reposai entièrement sur le cheval, uniquement sensible aux appels d'aide que clamaient les citoyens innocents.

Perfides, placides, peu importait. La maîtrise pour les combattants, et la chance pour les fuyants, étaient leur seul adjuvant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ



Messages : 13
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Jeu 3 Mar - 17:17

He Jin s'était senti bouleversé quand il vit la ville à feu à et à sang.Il reprit ses esprits quand un groupe de cavalier le rejoint.Il fallait défendre la cité.
Les rebelles n'étaient apparemment qu'une soixantaine, mais il dévastaient la ville aussi bien qu'une armée entière.
La grande majorité s'était réunis sur la grande place et semblait résister aux assauts de la garde de la ville.
He Jin mena donc ses troupes sur place.

Sur la grande place centrale, une trentaine de garde luttait vaillamment contre un même nombre d'insurgés.Les renforts d'He Jin permirent de renverser la balance, et le combat tourna court.
Quelques minutes après, la place était sous contrôle.He Jin , en observant les corps des habitants et des gardes perdus dans l'escarmouche, se promit de traquer les rebelles jusqu'au dernier.En commençant par Ma Yuan Yi.


Un des ses officiers, qui venait de la porte Nord, sauta de cheval et se rua vers lui


"Messire, des gardes ont repéré Ma Yuan Yi et une dizaine d'individus à la porte Nord.Ils tentent de forcer le passage!"
"Tous à la porte Nord!"

He Jin se rendit compte qu'ils en était loin.Il n'y avait pas une minute à perdre.Il monta à cheval et rassembla ses troupes.Les cavaliers se mirent aussitôt en route vers la porte Nord de la vile, sonnant leur avancée à coup de trompette, dans l'espoir d'attirer des alliés...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Jeu 3 Mar - 18:25

Bôfu voyant les 2 hommes venir, a bout de sa force, pensait voir sa vie s'arréter.
Mais Guan Xing arrivant, Le Petit Prince Hégémon fut galvanisé, voyant le traître tomber il lui mit un uppercut en plein vol, il se releva et prenant sa lance, captura le garde.


Je ressentit une douleur à l'épaule, puis cette douleur redescendit dans tout mon corps, la douleur était affreuse...


* Je doit vite maitriser ce traitre !*

Je prit une corde, et tenta de capturer l'ennemi, mais ayant trop peu de force, le paysan réussissa à me pousser à terres.
Mais Guan Xing, le sonna une fois de plus avec son arme et me releva.


*Un grand guerrier...Je préférerai être de son coté que contre lui, le Shu doit être une grande armée !*

Je garda ma main serré et le remercia. Je me rendit là où mes 2hommes était partit, puis vit un homme se faire couper la tête.
Les 2 traître était mort, mais la femme aussi...
Décu j'ordonna à mes gardes de resté là à m'escorté, au cas où je tomberai dans les pommes.




Alors que Lü Meng de son coté, arrivé devant la porte Nord, Ma Yuan Yi ne réussissa pas à passer et voyant ses adversaires arriver, sortit son épée.

La grande porte devait surement faire 10 fois la taille de Lu Meng.
Il fut un peu déconcentré mais lanca sa hallebardes sur un homme, les 2 gardes qui le suivait firent de même diminuant le nombre d'ennemi...

Lü Meng ensuite feinta la fuite, et se retourna lancant sa 2éme hallebarde sur les gardes, les autres firent une fois de plus de même.

Ils ne leurs résterent plus que 1 hallebardes chacun, et ils restait 5 hommes à vaincre.

Ma Yuan Yi fuya dans la foule mais les paysans le voyérent et quelques uns le ralentissérent, Lü Meng tua un homme d'un coup dans le ventre, alors que ses 2 partenaires se jetérent sur un homme, puis un homme fut bléssé par dérriére par un traître.

Lü Meng le tua juste aprés son geste, et une fois à 2contre1, Lü Meng et son coéquipiers coupèrent la tête du dernier.
Lü Meng chargea pour rattraper Ma Yuan Yi quand il se rendit compte que finalement des Paysans armé de faux l'avait capturés....
Lü Meng attrapa le traitre, remercia et partît vers la Place.

_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Ven 4 Mar - 10:14

Sun Ce frappa le rebelle en plein vol, et s'empara de son arme.Il tenta ensuite de le capturer, mais apparemment gêné par sa blessure, il n'y arriva pas.Le félon le repoussa à terre.
Guan Xing dût intervenir une fois de plus.Il s'approcha du rebelle et lui envoyé le coté non aiguisé de l'épée gauche dans le cou.Sonné, le rebelle reucla de quelques pas et Guan Xing le fit tomber en le poussant.
Il releva ensuite Sun Ce.Ce dernier le remercia.

*Au moins, nos relations diplomatiques avec le Wu vont sûrement s'améliorer...*

Sun Ce se dirigea vers ses hommes, alors Guan Xing fit de même.Dans la petite escarmouche, un de ses hommes était mort.Les quatorze autres étaient indemnes ou n'avaient que des égratignures.Sur les 6 traîtres, il n'en restait que deux en vie.Guan Xing se mit en quête de cordes pour les ligoter.Il trouva son bonheur dans une écurie à quelques pas.
Il fit ligoter les prisonniers. Apparemment, Sun Ce ne savait pas plus que lui ou se trouvait Ma Yuan Yi, puisqu'il ne bougeait pas d'ici.
C'est alors que, surpassant les cris des villageois , un son de trompette de cavalerie se fit entendre.Il passa très rapidement : une troupe de cavalier semblait remonter la rue principale pour aller à la porte Nord.

Guan Xing rassembla très vite ses hommes.C'était sans doute He Jin et l'armée impériale.Il avait trouvé ou se cachait Ma Yuan Yi.


"Nous allons à la porte Nord prêter main forte aux forces Impériales! En route!"

_______________________________________________________________________________________________________________

Ma Liang, depuis une bonne dizaine de minutes, parcourait les nombreuses rues de la capitale avec ses hommes.Ils avaient éliminés 5 rebelles, et empêcher deux incendies et un meurtre.Il entendirent soudainement, comme tout le monde aux alentours, la cavalerie Han qui remontait la ville.
Ma Liang se précipita tout de suite vers la rue centrale avec ses cavaliers.
Il rejoint la troupe de cavalier, menée par He Jin.

Au bout de quelques minutes, ils durent s'arrêter.Ma Liang tendit la tête pour voir ce qui avait arrêter la troupe.He Jin venait de descendre de cheval, et se dirigeait vers trois personnes.
Un cavalier se décala et Ma Liang vit enfin ce qu'il se passait: deux hallebardiers du Wu tenait un autre homme.Ma Liang devina vite l'identité du prisonnier, au vu de la fureur de He Jin.Il fixa Ma Yuan Yi d'une telle intensité que même un des deux hallebardier se sentit mal à l'aise, bien qu'il ne soit pas concerné.
He Jin remercia Lu Meng et son partenaire.Il attrapa Ma Yuan Yi par le bras et le fit mener à un cheval.
He Jin fit un signe au cavalier le plus proche et celui ci joua de la trompette de cavalerie.C'était le son qu'on jouait généralement lors d'une victoire.N'importe qui l’entendrait comprendrais que Ma Yuan Yi était capturé....

La troupe traversa à nouveau la ville.Une fois dans la cour du palais,Ma Liang retrouva Guan Xing.
Guan Xing n'avait pas rejoint la porte quand le son de cor fut joué.Il avait donc rebroussé chemin vers le palais.En voyant arriver Ma Liang et la troupe de He Jin avec une ambiance de victoire, Guan Xing devina vite ce qu'il s'était passé.Il posa la question pour la forme:

"Vous l'avez eu?"
"Des soldats du Wu l'ont attrapé à la porte Nord"
"Voilà une bonne chose de faîte"

Guan Xing rassembla ses cavaliers.Ces traîtres avaient quand même pris la vie de l'un d'entre eux.Son corps avait d'ailleurs était ramené ici.Il fallait le ramener à Cheng Du.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Sam 5 Mar - 20:55

Ridicule, qu'une ville si riche, si disposée en gardes, ait été autant atteinte. Les habitations se faisaient feux de joie, tandis que leurs résidents devenaient engrais et liquides de peintures. Hhum, naturelle fresque de batailles engagées en milieu urbain. Si les ennemis mettaient en braise la ville, Dian Wei, lui, il se servait d'eux en tant que métaux à faire fondre et viandes à faire rôtir, chargeant et envoyant valser comme un forcené tous les soldats indignes des Han dans les flammes qu'ils avaient crées. N'hésitant pas, aussi, à en lancer dans les fenêtres des premiers étages déjà brisées. Quant à Cao Cao, il brisait les rotules ennemis en des feintes rapides et rondement menées, axant sa lame en fonction des coups adverses qu'il pouvait calculer de près. Il ne les achevait pas, mais les flanquait à terre et les destituait de leurs armes, laissant ses victimes en vie, honteusement allongés sur les sols durcis de pas pressés. Les vermines ne pouvaient ramper que comme des vers de terre, et Cao Cao souhaitait dépeindre et restituer cette réalité. Et à ces êtres unijambistes, il fallait des vautours acerbes, qui les regarderaient de haut, à leur entière merci. Celle-ci était encore clémente, au vu des simples regards noirs qui les leur étaient apposés. Les femmes souffrantes se résignaient à leur adresser une grimace macabre, tandis que leurs hommes s'amusaient à entasser ces traîtres près des porcs libérés des enclos. Les enfants rigolaient même innocemment, quand on voyait ci et là ces gentils animaux, qui étaient à vendre, crotter sur les ennemis. Qu'est-ce qu'ils étaient malins, ces animaux ! En des quartiers tout juste nettoyés, on pouvait voir les citoyens se dévisager et se féliciter. Oui, braves gens, vous êtes plus efficaces que les gardes du Han.
C'était à leur dos, qu'ils saluèrent les deux hommes du Wei, qui avaient toujours continuer au-devant, vers la porte du nord, sans jamais regarder derrière.

À ses attributs vestimentaires, Cao Cao reconnut l'officier Ma Yuan Yi, effectivement à l'endroit suggéré par son fils. Dian Wei s'apprêtait à accélérer la cadence pour abimer violemment la colonne vertébrale de l'ennemi, mais son maître l'interrompit net, lorsqu'il vit des hommes en rouge débouler d'une ruelle. Il reconnaissait les hallebardiers du Wu, mais quant à celui qui les menaient, ce n'était nullement Sun Ce. Un officier, ou sous-lieutenant, qu'il n'avait pas eu l'occasion de rencontrer, mais qui apparaîtra surement plus souvent, suite à ce qu'il fera en ces lieux.

De ce biais, les événements se déroulaient de la sorte : des vagues de jets de piques sur chaque fuyard. Beau programme, donnant des résultats appréciables. Les proies tombaient comme des mouches, et c'était en comptant sur l'intervention du peuple, que la salve s'acheva. Un groupe de braves paysans, sans bannière particulière, et simplement armés de faux de moissons, avaient cerné, et aiguillaient dès lors intimement Ma Yuan Yi. Ils lui étaient tellement proches, qu'ils le contraignirent à ne pas trop bouger de son chef, ou alors, il risquerait de se faire lacérer très fort. La nouvelle tête des Wu, Lu Meng, vint alors à leur rencontre, afin de les remercier d'avoir mis en captivité le traître activement poursuivi.
Qu'il était intéressant, de concevoir tout type de personne à la débrouillardise. Nul individu n'était à rejeter.

Bien que Cao Cao ne pût repartir à la grande-place avec un bâtard en laisse, il le regagna avec son dévoué garde du corps Dian Wei, devançant les Wu qui s'y dirigeront également, sans trop de surprise.

_____________

Quel soulagement, en entendant les cors.
Mon cœur se mouvait, respirant, et mes yeux récupéraient leurs vues, sortant d'une demie-inconscience. Les hommes de mon père étaient positionnés en courbe convexe autour de moi, et je pouvais contempler d'immenses briques à ma gauche et, en lorgnant à son opposé, une rue qui criait d'allégresse, en choeur avec les instruments fanfaronnant beaucoup plus loin. Je comprenais que nous étions passés par là, en reconnaissant les façades des maisons au bout de cette rue-là. Nous nous trouvions donc à la juxtaposition de la porte de l'ouest, au guet de tout fifre qui arriverait par ici.
"Votre directive, maintenant, jeune sire Cao ?", entonna avec réjouissance l'un des soldats.
Je voulus lâcher une onomatopée d'hébétude, mais mes cordes vocales ne m'en donnaient pas accès. Elles avaient été trop usées, et je devais les forcer.

[Cao Chong] "Allons-nous en voir qui a rallumé de la bonne convivialité en ville..."
Pendant que je parlais, on me tendait l'oreille, tant ma voix était basse. Qu'est-ce que j'avais donc fait avec ? Je me repliais de gêne sur la crinière du cheval, incapable de me remémorer quoique ce soit du trajet jusqu'ici.
[Soldats] : "Ààà voos-ordres !", s'exclamèrent-ils, les épéistes emboîtant le pas, suivis des chevaux et des archers. "Vous avez été bon chef, petit Cao." J'aurais pu laisser mes pupilles en gros oeuf d'étonnement pour seule réponse, mais je fis l'effort de filer un remerciement des mes lèvres du mieux que je le pus.


Il y avait un monde fou en plein coeur de Luo Yang, et on ne s'étonnerait pas en disant que toute la population y était rassemblée. Le traître avait été apporté, venant vraisemblablement du nord, en m'extirpant un sourire. Des tumultes de voix faisaient voguer le nom des Wu et à plus petite dose le nom d'un certain Lu Meng, mais j'étais quand même content de cette résolution.

J'aperçus l'homme du Shu qui s'apprêtait visiblement à quitter les lieux, avec tous ses hommes, dont un blessé grave je pensais, sous les bras. Et comme il était encore à proximité, je l'interpellai :

[Cao Chong] "Accordez-moi un instant, s'il vous plaît... Je n'ai pas eu la chance d'entendre votre noms, tout à l'heure... Et je doute que l'on se reverra, mais, même si j'en entendrai parler, j'aimerais associer en avance votre nom d'ici peu clamé à l'image que je garde vous... Err... Je m'excuse de vous importuner", finis-je par dire en le saluant franchement, et en cherchant du regard mon père, vite repéré.
Je me distançais pas très rapidement, afin d'entendre sa réponse, si jamais il m'en aura donnée.

Père et oncle rejoints, ce dernier me prit pour me poser sur son épaule, riant diaboliquement en voyant Ma Yuan Yi se faire sévèrement réprimandé. Je ne savais pas trop comment se déroulera la suite. Ils vont se faire la guerre, ça c'était sûr, oui.

Ces insurgés qui rôdent à Xi Liang, étaient sûrement, à l'heure actuelle, encore trop peu nombreux, pour renverser quoi que ce soit. Nuls doutes que d'originaux guerriers, et soldats, s'y cacheraient ; ce qui va être vérifié dans les plus brefs délais. Rendez-vous dans quelques jours. Ensuite, qu'il y ait eu un membre des forces impériales qui ait trahi sa patrie, cela va fragiliser la confiance qu'il y avait en leur sein. Et là, il suffirait juste d'un homme très borné et haut en rang, pour tout renverser de l'intérieur. Un schéma digne d'une vile fiction, qui est toutefois à surveiller d'un plein œil.
Comme il était planifié, quelques cavaliers du Wei sortirent par la porte ouest, maintenant ouverte, et retournèrent à leur capitale, donnant les dernières nouvelles de Luo Yang.

On pouvait peut-être rentrer chez nous... Mais dans le doute, je restais en silence aux côtés de mon père, le sourire aux lèvres, pensant au félon. Qu'il était bon, de faire punir un mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Shu
Empereur de Zhong
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 6 Mar - 1:20

Le calme revenait peu à peu dans la capital mais la confrontation était dans les esprits de chacun. La garde impérial avait reçu l'ordre de fermer les portes et ne laisser rentrer personne car l'extérieur de Luo Yang n'avait pas été pacifié, les officiels de la cour avec à leur tête He Jin s'attendaient à voir des émeutes éclater dans les villages aux alentours et refusait que cela arrive aux oreilles de l'Empereur Ling.

Les gardes placés sur les remparts de la porte Sud de la capital se moquait de tant de précaution, pensant que la démonstration de force de plusieurs officiers fidèles à l'Empire Han avait suffit à écraser tout risque de révolte à travers le pays en capturant Ma Yuanyi considéré comme le meneur du mouvement. Cependant une imposante armée se dirigeaient vers les gardes dont les moqueries se transformèrent en interrogation puis en crainte d'une attaque ennemi.

Le gros de l'armée s'arrêta suffisamment loin de la porte pour apaiser les craintes des gardes et une dizaine de cavaliers s'approchèrent. Il s'agissait de Yuan Shu, fils de Yuan Cheng et par conséquent membre haut placé du clan Yuan un des plus puissants de la Chine des Hans.

Yuan Shu analysait les mouvements en haut des remparts et après un bref moment, un de ces officiers, Qiao Rui, finit par briser le silence régnant.


Qiao Rui: " Seigneur Yuan, les rebelles ont peut être déjà pris le contrôle de la porte Sud et attendant notre attaque "

Un second officier de Yuan Shu, Ji Ling prit la parole pour contrer son camarade.

Ji Ling: " Regardez les étendards sur les remparts, ils portent le symbole de l'Empire Han "

Qiao Rui: " C'est peut être un stratagème pour nous pousser à nous approcher et tomber dans leur embuscade, cette agitation sur les remparts est mauvais signe ce n'est pas caractéristique d'une armée de métier charger de protéger la capitale de l'Empire "

Yuan Shu décida de les interrompre.

Yuan Shu: " C'est justement cette agitation qui démontre qu'il s'agit bien de soldats de l'Empire, tous les hommes d'arme de ce pays ne sont pas aussi performant que ceux de notre armée, regardez les bien ! Ils sont paniqués depuis l'approche de notre armée. Les rebelles si ils venaient de triompher et de prendre le contrôle d'une partie de la capitale devrait avoir leur moral au plus haut et se sentir invincible. Ils seraient tellement galvaniser par leur victoire qu'ils nous attendraient en rêvant de pouvoir à nouveau prouver la supériorité du peuple face aux armées sois-disant entraîner de l'Empire ... Là ce n'est pas le cas, je vois une bande de soldats qui se sont depuis trop longtemps reposés sur leur lauriers en pensant que la relative paix qui régnait depuis si longtemps était du à leur réputation. Ce sont des soldats ne faisant pas parti de la garde impérial qui ont du régler le conflit d'après mes sources à l'intérieur.
Sauf qu'aujourd'hui ils sont revenus à la dure réalité, la capitale: Luo yang, place forte des Hans qu'ils pensaient tous inébranlable a été attaqué de l'intérieur même. Quand je vois ces soldats paniquer et enfin comprendre qu'ils ont été d'avantage formé à parader devant l'Empereur qu'à combattre, je jubile d'avance de voir la tête des politiciens de la cour s'affoler à trouver une explication à la présence de traître dans leur rang car c'est un vaste complot qui s'est tramé derrière ces remparts. Nous devons tirer partis de ce chaos.
Ji Ling ! Va exiger auprès de l'officier en charge de la porte qu'il nous ouvre"

Ji Ling " Entendu, seigneur "

Ji Ling s'approcha de la porte et s'arrêta juste devant puis leva les yeux aux ciels et s'écria.

Ji Ling :" Au nom du Seigneur Yuan Shu, préfet de Nanyang, nous avons fait un long voyage pour arriver jusqu'ici affin de protéger l'Empereur, je vous demande de bien vouloir nous donner accès à la capitale et accomplir notre tache"

Officier: " Nous avons été attaquer, on nous a interdit d'ouvrir à qui que ce soit jusqu'à ordre contraire, ordre du général He Jin"

Ji Ling: " Espèce de ... "

Mais Yuan Shu c'était déjà approché de son officier et l'interrompit.

Yuan Shu: " Je désire parler à un de vos supérieurs, le général He Jin serait le plus adapter selon mon rang et mon amitié pour lui, je refuse de parler avec vous, allez le chercher "

L'officier bien qu’énerver par un tel mépris ne pipa mot et parti chercher un de ses supérieurs il revient avec He Miao, le frère de He Jin lui même.

He Miao: " Seigneur Yuan Shu, au nom de mon frère et moi-même veuillez excuser cette attente mais vous comprendrez que la brusque attaque que nous venons de subir nous oblige à prendre des mesures inhabituels et drastiques à l'égard des déplacements au sein de la capital"

Yuan Shu: " Vous êtes excuser si je peux avoir une entrevue avec votre frère, je tiens à le féliciter pour son efficacité dans cette affaire car je me réjouit de voir que l'Empereur ne risque rien grâce à lui"

He Miao: " Mon frère est très occupé à cause de cette affaire et doute qu'il puisse ... "

Yuan Shu: " Le général, votre frère, trouvera bien quelques minutes à accorder à un vieil ami du clan Yuan tel que moi "

He Miao un peu honteux: "Certe je suppose ... Garde ouvrez les portes "

Yuan Shu s'avance vers la porte pendant que Ji Ling faisait signe aux quelques cavaliers qui les avaient accompagné près des remparts de suivre leur seigneur dans la capitale. Ji Ling et Qiao Rui rattrapèrent Yuan Shu et se dernier demanda.

Yuan Shu: " Qui commande le reste de nos troupes ?"

Qiao Rui: " Chen Ji et Lei Bo mon Seigneur"

Yuan Shu: " Bien dites leurs de rester en position au alentour des remparts Sud de la ville, nous en aurons peut être pour plus longtemps que prévu "

Sur ces mots, les trois hommes suivit de quelques cavaliers en guise d'escorte s'enfoncèrent dans la capitale ...

Après avoir paradé dans la ville entouré de ses hommes comme un héro rentrant fièrement après avoir exécuté sa mission, Yuan Shu parvient jusqu'au quartier d'He Jin en plein agitation. Yuan Shu et ses deux fidèles officiers descendirent de leur monture et rentrèrent dans le grand bâtiment. Les appartements du général aurait été impossible d'accès sans la présence de He Miao qui avait accompagné Yuan Shu tant les gardes étaient nombreux et les contrôles d'identité suivit de fouille au corps réalisé presque à l'entrée de chaque pièce.
Finalement ils tombèrent sur un He Jin à l'air renfrogné qui donnait avec énergie des ordres à tous les serviteurs civils ou militaires qui se présentaient à lui.

Yuan Shu ne désirant pas attendre pour s'entretenir avec He Jin alla à sa rencontre tout de suite

Yuan Shu: " Seigneur He, comment allez vous "

He Jin surpris de la venue de Yuan Shu: " Préfet Yuan que me vos l'honneur de votre présence à Luo Yang "

Yuan Shu: " Je suis venu apporter ma contribution à la protection de la capitale général, c'est mon devoir en tant que serviteur de l'Empire "

He Jin: " Comme vous l'avez si bien remarquer Luo Yang est en danger et c'est à moi qu'il incombe d'en organiser la défense, les agissements ont cessé mais nous ne savons ce qu'il en est de l'autre côté des remparts et si tous les rebelles ont été mis hors d'état de nuire ici"

Yuan Shu: " Je l'ai bien remarquer par moi, en menant mon armée vers vous nous avons du nous heurter à des foyers de rébellions dans les villages du Sud de la capitale, heureusement l'intervention de mes troupes à permis de remettre de l'ordre "

He Jin: " Votre ... votre armée s'est déplacée jusqu'ici ? "

Yuan Shu: " Bien sur, penseriez vous que j'allais venir aider l'Empereur avec le minimum d'homme, elle campe à la porte Sud et attend de nouvelle instruction que je suis venu quérir auprès de vous "

He Jin: * Ca n'est pas bon signe, pourquoi a t'il rassemblé son armée entière ... si il avait seulement voulu m'aider il aurait envoyé des renforts, Yuan Shu n'est pas du genre à se déplacer sans motivation précise *
" Bien je suis ravis de votre présence, vos troupes peuvent camper pour défendre la porte Sud et vous rester dans mes appartements autant de temps qu'il vous plaira, mon domaine est le votre. Sur ce, je dois vous laisser j'ai de nombreuses choses à régler et je dois ... "

Yuan Shu: " Justement j'ai moi même des choses à régler ici mais cela exige votre présence, pourrions nous discuter seul à seul quelques instants "

He Jin agacé: " Cela ne m'arrange pas, j'ai beaucoup de travaille "

Yuan Shu: " Vous trouverez bien un peu de temps pour écouter un loyal ami comme moi qui a fait le déplacement depuis Shou Chun pour vous soutenir ... avec son armée "

He Jin: " Certe, veuillez excuser mon impolitesse, retrouvons nous dans mon bureau dans 10 minutes "

He Jin tourna le dos à Yuan Shu énervé d'avoir du céder à un simple préfet bien que influant et parti accompagné de son frère, He Miao. Yuan Shu fit de même et rejoignit ses officiers qui l'avaient attendu à l'entrée de la pièce mais qui avaient tout de même entendu toute la conversation.

Ji Ling: " Mais seigneur nous n'avons pas eu de problème pour venir jusqu'ici à l'exception de quelques bandits, rien de significatif prévoyant une révolte "

Yuan Shu avec un grand sourire: " Je le sais très bien mais He Jin lui l'ignore et tant que ce sera le cas; il pensera que notre présence ici est nécessaire pour protéger la capitale ainsi que sauver sa tête et je pourrai exigé de lui ce que je veux avec un tel atout, il me suffit de faire camper mon armée devant la capitale pour gagner de force ses faveurs. De plus je ne doute pas que d'autres révoltes éclateront plus vite qu'on ne le pense ... "


Dernière édition par Yuan Shu le Lun 7 Mar - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ



Messages : 13
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 6 Mar - 20:24

[A cause de l'approche de la bataille contre les Turbans Jaunes, le rythme va devoir accélérer. Après ce post, postez une dernière fois]

Dans la cour du palais, encore envahie de gardes aux aguets, les représentants des Trois Royaumes rassembler leurs troupes.Un conseiller impérial sortit du palais, attirant les regards de tout le monde.Il balaya l'assemblée du regard, pour être sûr qu'il ne manque personne.Il prit la parole après quelques secondes de silence:

"L'Empereur Ling souhaite vous remercier personnellement et également vous parler.Je vous prie de me suivre"

Sans regarder si les envoyés le suivait, il fit demi-tour, entrant dans le palais.Entendant des personnes le suivre, il emprunta donc l'escalier de marbre et monta au dernier étage.Le conseiller les mena dans une grande anti-chambre, richement décorée et durement gardée.Les soldats d'élite de l'empereur, des guerriers accomplis protégés par une armure portant le sigle Impérial, délestèrent les invités de leurs armes.On les fit patienter ensuite quelques minutes, surveillés par les gardes.
Enfin, les doubles portes agrémentées de pierres précieuse s'ouvrirent sur le conseiller qui les avaient menés jusqu'ici.A nouveau, le conseiller leur demanda de le suive.
Ils arrivèrent dans une énorme salle du trône, protégée par plusieurs soldats d'élites.Sous le regard méfiant et inquisiteur des protecteurs impériaux, les invités remontèrent l'allée menant au trône.
Sur celui ci, l'Empereur Ling, l'homme qui contrôlait la prestigieuse lignée Han, observait les invités avec des yeux remplis de sagesse.L'homme d'une trentaine d'année leur demanda de se relever quand ils s’agenouillèrent, et il prit la parole.


"Merci pour votre soutien durant la défense de Luo Yang, ainsi que l'aide apportée pour la capture de Ma Yuan Yi.Je vous suis très reconnaissant"

Il marqua une légère pause.La tension était palpable dans la salle.Puis il reprit:

"Cependant, je crains n'avoir un autre service à vous demander.Nous avons identifiée la source de ces problèmes, un certains groupe religieux nommé "Les Turbans Jaunes", dirigé par le Professeur Zhang Jiao.Vous avez déjà fais beaucoup ici, alors je ne vous obligerais pas.Nous avons besoin de toutes les troupes possibles pour mener une attaque sur Xi Liang, leur capitale.Puis je compter sur votre aide?"

L'Empereur balaya son regard sur les invités, attendant leurs réponses.

___________________________________________________________________________________________________________________________

Dans le château, plus dans l'aile Est, He Jin venait de rentrer dans ses bureaux, profitant d'un instant de paix avant de reprendre le boulot.En ce moment même, l'Empereur recevait les invités des Trois Royaumes.Les troupes s'occupaient de la ville, et un de ses conseillers s'occupait de l'interrogatoire du félon.On n'avait donc plus besoin de lui pour le moment.Il pus donc recevoir Yuan Shu, qui était venus le vois en ville, prétextant venir aider les troupes impériales.
Mais selon He Jin, la présence de toute ces troupes relevait du pur chantage.Yuan Shu va essayer de gagner ses faveurs de force.Il devrait donc user de diplomatie dans les minutes à venir.
Finalement, il ouvrit la porte de son bureau et attendit l'arrivée de Yuan Shu, quand un conseiller en profita pour entrer.


"Messire, l'Empereur à décidé d'attaquer Xi Liang.Il est en ce moment même en train de demander l'aide des autres royaumes.Dong Zhuo nous à fais savoir par messager qu'il rejoignerait notre cause"

"Dong Zhuo?" fit He Jin, surpris.Ce n'était vraiment pas le genre de l'individu.... "Trés bien, merci.Je rejoint la salle du trône dans quelques minutes."

C'était une excuse parfaite pour enrayer la situation de force à laquelle l'imposait Yuan Shu....
Il attendit exactement 6 minutes, et Yuan Shu arriva dans son bureau en compagnie d'officiers.He Jin vint tout de suite à leur rencontre.


"Je suis désolé, mais l'Empereur est en ce moment même en train de prévoir une attaque sur Xi Liang.Si vous êtes interressé, accompagnez moi.Sinon, attendez moi ici"

Il dépassa Yuan Shu et se précipita vers les escaliers de marbre

[HRP] Si tu rejoint la salle du trône, tu arriveras au moment ou l'Empereur demande notre aide.Tu pourras t'engager à ce moment là.Sinon, tu peux attendre He Jin et avoir ta discussion avec lui, mais on n'aura sûrement pas finis avant la bataille...A toi de voir [HRP]











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guan Xing
Le Dragon Fier
Le Dragon Fier
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Dim 6 Mar - 21:50

Guan Xing attendit donc dans la cour que les préparatifs du départs soît fais, quand le fils de Cao Cao, Cao Chong, vint le voir.Il lui demanda son nom, puis s'éloigna lentement, cherchant apparement son pére.Surpris, Guan Xing répondit tout de même : "Je me nomme Guan Xing"

C'est alors qu'un conseiller de l'empereur fit son apparition.Guan Xing, qui était assis sur un des banc de la cour, se redressa.Ma Liang vint à ses cotés et écouta également le conseiller.
Ce dernier les prévint que l'Empereur voulait les voir.Guan Xing n'en crut pas ses oreilles.Peu de personnes dans le Shu avait vu l'Empereur.Il ferait bientôt partis de ces rares élus.C'était un immense honneur pour lui.Ma Liang aussi semblait époustouflé, mais il se ressaisissa et donna l'ordre aux cavaliers de descendre de cheval,car le départ était retardé.

Il grimpa les marches menant au palais en compagnie de Ma Liang et des autres envoyés.Il suivit le conseiller dans l'escalier de marbre, jusqu'au dernier étage de l'édifice.La palais était somptueux et très bien gardé.Ils croisèrent un nombre incroyable de patrouille, sûrement présentes suite à l'attaque dans la ville.
On les fit entrer dans une somptueuse pièce, sûrement l'anti-chambre impériale.Il y avait donc derrière la salle du trône.Guan Xing se prépara à vivre un moment important de sa vie : ce n'était pas tous les jours que l'on rencontrait l'Empereur!

Quelques gardes sur-équipés leurs ôtèrent leurs armes.Elle furent placés dans un magnifique coffre , à l'autre bout de la pièce.

Finalement, après quelques minutes ou Guan Xing devenait de plus en plus impatient, ce qui n'était pas dans ses habitudes, les doubles portes dorées s'ouvrirent sur le conseiller de tout à l'heure.Il les amena dans la salle du trône.

Une très grande pièce, spacieuse et richement décorée.De nombreux gardes assuraient la sécurité de l'Empereur.Ils fixaient d'ailleurs les nouveaux venus avec perplexité.

Sur le trône, l'Empereur Ling, un homme d'une trentaine d'année qui respirait la sagesse, les fixa.
Guan Xing s'agenouilla en même temps que les autres.Il se releva quand l'Empereur leur demande de se relever.

L'empereur les remercia pour l'aide durant les évènements récents.Puis il demanda de l'aide pour attaquer Xi Liang.

Guan Xing, qui était le plus à gauche, compris qu'il devait commencer.Sachant que la réputation du Shu dépendait de lui, et que son seigneur partirais forcément en guerre contre les Turbans Jaunes, il prit la parole et se courba.

"Le Shu vous prêtera main-forte durant cet affrontement, Altesse"

L'Empereur hocha la tête et le remercia.Ensuite, chacun prêta serment à son tour, et finalement, chacun partit dans son royaume prévenir les siens.
Guan Xing sortit du palais et monta à cheval.Il s'approcha de Ma Liang.


"Rentre avec les hommes à Cheng Du, je pars devant à vive allure pour prévenir Seigneur Liu Bei"
"Bien.Soyiez prudents"
"Vous de même"

Guan Xing prit alors la direction de la porte Ouest.Il la traversa aprés négociations avec les gardes, puis descendit vers le sud-ouest, vers Cheng Du....






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lestroisroyaumes.forumactif.fr
Sun Ce
Roi Huan de Chang Sha
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 7 Mar - 16:28

Les Wu avait capturé Ma Yuan Yi, et Sun Ce quant à lui, bléssé, aider de Guan Xing réussissa à sécuriser une position...
Entendant des chants de victoires, Le Petit Conquérant fit un effort et tenta de suivre le chant et la musique qu'il entendait.



* Qu'est ce que ? serait-ce un chant de notre armée ou des rebelles ? Je doit aller voir cela de plus prés.... Douleur ou pas !*

Malgré mon affreuse douleur, je suivi cette mélodie.
Je vit Guan Xing aussi partir vers le Nord... Mais plus lentement je pris le cheval d'un de mes Généraux et partit suivi de mes hommes qui me suivait donc en courant, voyant la ville de Luo Yang, les maisons en ruines, les fermes en feu, des cadavres a terres, je fut trés peiné et me remémora mon arrivée à la Capitale Han.


Enfin voyant une grande cavalerie avec un drapeau violet avec le signe victoire, je rejoigna le cor et vit Lü Meng tenant un de mes hommes dans le bras, il état mort, je vit aussi Ma Yuan Yi prisonnier et tenu par Le Grand Maréchal, He Jin, Lü Meng me raconta comment il l'avait capturé et trés satisfait je lui promit un grade d'officier a notre retour à la capitale.

" Bien soldats ... Nous pouvons rentrrr "

Je fut interrompu, un homme me prit l'épaule et me proposa de me rendre avec lui dans la salle du trône impérial car l'Empereur désirer me voir pour me remercier.

Je vit Guan Xing aussi a ma gauche tout époustouflé.
Lü Meng me suivit, je compter bien le présenter à son altesse l'Empereur.

Marchant de longues minutes d'impatience, je me rendit enfin à la salle du trône laissant Lü Meng dérriére moi.

Je posa genous à terre puis écouta Guan Xing préter serment.
Enfin étant à la droite de Guan Xing. Je regarda tout les conseillers impérials, encore sous le choc, me regarder puis je dit
:

" Mon Altesse. Moi Souverain du Wu, offre ma vie au service des Han, tout comme mon armée qui vous défendra de notre dernier souffle. Mandarins, soyez calme, car plus jamais tant que je serais de ce monde, la capitale Luo Yang ne tombera encore sous le chaos... "

Re saluant je quitta la salle suivi de Lü Meng et me rendit à Jian Ye, sur mon chemin j'informerai mes servants de mobiliser une armée qui me suivra à Xi Liang.

_________________
Comme disait mon ancétre : " Lorsqu'un chat se tient à l'entrée du trou du rat, dix mille rats ne se hasardent pas à en sortir; lorsqu'un tigre garde le gué, dix mille cerfs ne peuvent le traverser. "

Au nom du Wu, Invité doit mourir


Sun Ce's Théme : https://www.youtube.com/watch?v=RVTnyW4gx9o&feature=related
Wu's Theme : https://www.youtube.com/watch?v=_F1BKQBUxbE
Sun Ce's Army Theme : https://www.youtube.com/watch?v=wQfSoNVt63Y&feature=related
Imperial's Theme of Wu : https://www.youtube.com/watch?v=VvmIqks5wqI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cao Chong
Chow Chow
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 7 Mar - 19:51

Qu'elle fût ma surprise, que d'entendre un envoyé, s'adresser lui-même aux émissaires des trois royaumes, quérir leur présence afin de les rapatrier auprès de l'Empereur Ling ; et de ce titre, la figure la plus emblématique du pays ! Ceux qui s'y rendront verra cette journée-ci marquée à vie. Guan Xing - l'homme du Shu était donc de la famille de ce fameux Guan Yu, déjà vaguement entendu des lèvres de mon père !-, et celui du Wu -descendant des Sun-, allaient indéniablement s'en voir graver. Mon père aussi y sera, mais ce ne serait pas tellement son genre d'éprouver autant d'émerveillement et de stupéfaction, que les deux autres jeunes gens exerceront, en ayant eu la chance d'avoir le mestre du pays dans la même pièce que leur corps charnel.

Mon imagination et mes sens parlaient, mais ma raison me dictait tout autre chose.

[Cao Chong] "Père, prêtez-moi une dizaine de vos hommes pour que je regagne le foyer ; j'avertirais pour vous les officiers nécessaires à cette opération, celle d'aller vaincre ces rebelles à Xi Liang, pour que vous puissiez ainsi commencer une réunion plus aisément, en rentrant."
Avoir le privilège de rencontrer l'empereur, devait être un dû. Je ne l'avais pas. Je n'étais pas encore à la hauteur.

Oncle Wei me reposa sur le sol, me laissant couper et agencer les quelques unités qu'il me fallait pour rentrer sereinement, sans surplus. Papa me regarda simplement faire, un air pensif qui étudiait mes moindres gestes.
Tout ce que je savais, c'est que je n'étais pas encore fait pour l'accompagner.


_______________________

[Cao Cao] "Nous octroyer votre confiance ne sera vaine, votre altesse. Combattre en votre honneur, et pour la sûreté du pays, le Wei l'accomplira. "

Dernière révérence de la journée faite, Cao Cao replia ses troupes dans la stricte direction de Chang An.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Shu
Empereur de Zhong
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: Le traître   Lun 7 Mar - 22:03

He Jin était parti sans avoir reçu Yuan Shu mais ce dernier sans moquait d'après le sourire qu'il arborait; pas un sourire forcé pour montrer son indifférence face au comportement de He Jin non ... Ce sourire était bien réel car He Jin venait d'accorder au Seigneur Yuan Shu exactement ce qu'il désirait depuis le début, une entrevue avec l'Empereur Ling et une possible reconnaissance dans sa lutte contre les rebelles qui menaçaient Luo Yang au même titre que Sun Ce, fils de Sun Jian ou les hommes de Liu Bei. Sa seule argumentation pour recevoir cette entrevue était sa sois-disant lutte contre des émeutes au Sud de la capitale mais il était bien incapable de montrer des preuves à ses allégations. Pour arriver à ses fins, il aurait du insister lourdement auprès de He Jin, voir en arriver au chantage ou aux menaces masquées ce qui n'arrangeait pas Yuan Shu car il valait mieux avoir un homme aussi influent que He Jin, le propre beau-frère de l'Empereur comme ami que comme ennemi pour manipuler la cour et arriver à ses fins ce qui aurait mal commencé en forçant la main à cette étoile montante dans la hiérarchie impérial. Jusqu'à présent, les rapports entre les deux hommes avaient été plutôt cordial, Yuan Shu avait besoin de l'appui de He Jin pour réaliser ses exigences auprès de la cour et He Jin avait besoin d'influent seigneur comme Yuan Shu, venant de famille très influente pour asseoir petit à petit son autorité et compenser son statut de simple boucher de formation ... Un statu qui forcément déplaisait grandement à Yuan Shu, lui fils de Yuan Cheng et un des héritiers du grand clan Yuan devait se contenter d'un seconde rôle car le sot qui sert d'Empereur à ce pays en déroute s'était amouraché d'une fille de roturier. Mais bientôt ceci serait du passé.

Yuan Shu et ses deux officiers descendirent vers la salle du trône où Yuan Shu était maintenant officiellement convié.

Yuan Shu avec un sourire aux lèvres: " Attendez moi ici, ce n'est pas une place pour vous "

Yuan Shu entra dans la salle et s'agenouilla devant l'Empereur alors que He Jin lui se tenait debout, il se sentit rabaisser par ce général qui n'aurait jamais imaginé croiser un homme du rang de Yuan Shu avant que sa soeur donne son corps pour la gloire des He.

Yuan Shu: " Votre Altesse je suis honoré que vous me receviez, moi un humble préfet "

Empereur Ling : " He Jin, vous ne m'avez pas rapporter que Yuan Shu avait combattu pour protéger la capitale "

He Jin honteux et avec un regard noir vers Yuan Shu: " Et bien je l’ignorais Votre Majesté mais ils semblerait que Yuan Shu a été actif pour réprimander des émeutes organisées au Sud de la capitale, les rebelles étaient donc mieux préparer que nous ne le pensions "

Empereur Ling : " C'est justement pour ça que je convie ceux qui m'ont déjà aidé aujourd'hui, je leur demande de combattre à nouveau pour sauver notre Empire. Seigneur Yuan, votre famille à beaucoup fait pour ma propre famille, je tiens à vous remercier pour vous montrez digne de vos ancêtres en ayant combattu des traîtres aujourd'hui qui défient même la volonté des dieux. J'espère que vous vous montrez encore une fois digne de votre rang et et votre famille en combattant pour l'Empire face à la révolte qui a éclaté dans la province de Liang "

Yuan Shu avec une jubilation à peine dissimulé : " Ce serait un honneur pour mon clan et moi de vous permettre de continuer à régner sans crainte Votre Altesse. "

He Jin essayant de cacher ses craintes quand à la décision de l'Empereur : " Bien, l'Empereur a été beaucoup solliciter aujourd'hui donc seigneur Yuan Shu pourriez vous disposer. "

Yuan Shu ne se décrochait pas de son sourire qui était à ce moment causé plus par les circonstances et l'art de l'hypocrisie de Yuan Shu que par sa joie d'avoir réussi à rentrer dans les faveurs de l'Empereur.

Yuan Shu: " Votre Altesse " puis il se retira

He Jin accompagna Yuan Shu jusqu'à la sortie de l'immense salle du trône entourée de gardes.

He Jin à voix basse: " Qu'est ce qui vous intéresse tant dans cette campagne vers Luo Yang "

Yuan Shu avec un sourir moqueur: " Rien à part ma fidélité pour les Hans, je vous reverrai donc bientôt général He "

Yuan Shu disparu de la salle laissant He Jin avec ses interrogations .
Une fois dehors, les deux officiers de Yuan Shu s'empressèrent de lui demander comment c'était passer l'entrevue. Il répondit seulement par
: " Comme je l'avais prévu, rentrons"

Yuan Shu quitta la ville, rejoignit ses troupes et retourna vers son domaine en imaginant cette même Luo Yang rasé très bientôt ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le traître   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le traître
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traîtrise chez les Naugrims
» A traître, Akuhei et demi!
» Tournoi SDA le 17/01/2010 aux JFJ10
» PV de mission : Le Traître
» " la moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître" - Lien d'Alaina of Cork alias Aline d'Argouges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Royaumes :: RP (Saison 1) :: Le reste de la Chine :: Luo Yang-
Sauter vers: